La démocratie. Quelle démocratie ?

Tout un chacun sait que mes interviews-vidéo ne sont pas   »piégeuses » ni conçues pour dévaloriser quiconque. Elus ou pas, il y a ceux ou celles qui acceptent volontiers d’y participer … ou pas ! Je ne contesterai à personne la liberté de dire « non » à ma requête ce que fit Clémence Boisson, deux fois, préférant, m’avait-elle dit, s’exprimer dans le « Petit Journal du Vigan ». Voilà qui est fait.

Je dirai,  en passant, que sa compétence n’a probablement pas été mise à contribution quand on constate la ponctuation souvent incertaine des textes proposés par le « Petit Journal » … sans parler du reste. Ce sera pour un autre épisode de l’analyse du semestriel municipal.(qu’écris-je ! « semestriel » est un adjectif, cré nom de nom !)

Mais, abandonnons la forme pour le fond. Parlons donc de la « démocratie participative », cette forme de partage et d’exercice du pouvoir, fondée sur le renforcement de la participation des citoyens à la prise de décision politique permettant la participation du public à l’élaboration des décisions, pendant la phase de délibération. Ce n’est pas tout ! Il faut penser à :

- Informer et écouter les citoyens dans l’ensemble de l’action municipale,

Répondre à toutes les questions des citoyens,

- Associer les citoyens à l’évaluation des services publics ;

- Donner une information équilibrée, laissant une place à des expressions diverses

- Préalablement à tout grand projet ou toute politique majeure, mener une concertation publique équitable et transparente 

- Rendre compte des politiques ayant une influence sur la commune lorsqu’elles sont décidées en dehors de l’échelon municipal ;

- Sur chaque sujet, associer l’ensemble des acteurs concernés, y compris les plus critiques, (associations, conseils de quartiers et autres corps intermédiaires)

- Se montrer transparent en matière de soutien aux initiatives locales (subventions aux associations, appels à projets),

- Donner aux citoyens la possibilité de saisir le conseil municipal par pétition, et surtout veiller à ce que ce droit puisse s’exercer concrètement et équitablement ,

- Mettre en oeuvre, le cas échéant, un référendum d’intérêt local

Bien entendu, tout cela repose à la fois sur la mis en place d’une charte de concertation engageant la municipalité et sur la constitution de commissions extra-municipales, de comités de quartiers (je vois, d’ici, la réaction de certains élus …)

JE SAIS : les mots ne font pas la chose … mais quand les mots n’existent même pas … on est tout chose de voir un titre ronflant vidé des 2/3 de sa substance.

Il reste à Clémence Boisson à redresser la barre .. contre vents et marées.

La parole libérée

18 h : le Conseil de la Communauté du Pays Viganais (42 élus) commence à l’heure. Soudain me vient l’idée de comptabiliser les interventions au cours de la séance qui va suivre.

 

Tout d’abord, nous ne parlerons pas du président, des vice-présidents et des deux nouveaux missionnés, qui sont tous intervenus à un moment ou à un autre dans le cadre de leurs responsabilités.

 

Voyons plutôt du côté des conseillers communautaires « ordinaires » . Ils furent neuf intervenants au cours des 2 h 30 du Conseil.

 

Incontestablement, la reine de la soirée fut Clémence Boisson (maire-adjoint Le Vigan)

qui demanda la parole 9 fois suivie à cinq longueurs par Pierre Muller (maire adjoint Le Vigan) 4 fois,

puis

Sylvie Arnal (maire adjoint Le Vigan) 2 fois

Alexandre Cozza (maire adjoint Le Vigan) 2 fois

Roger Laurens (maire d’Alzon) 2 fois

Christian Langet (maire adjoint Le Vigan ) 1 fois

Anne Dentan (conseiller municipal Le Vigan) 1 fois

Pascaline Druyer (conseiller municipal Le Vigan) 1 fois

Denis Sauveplane (conseiller municipal Le Vigan) 1 fois

et je pense n’avoir oublier personne

 

Gloire donc à Clémence Boisson, benjamine de l’assemblée, interventionniste débridée et chargée en tant de maire adjoint du Vigan de la démocratie participative ,,, au Vigan.

Je lui ai proposé deux fois, sans succès, de réaliser une interview vidéo. Elle m’a dit préférer s’exprimer dans le « Petit Journal ». Donc, attendons de voir ce qu’elle a à dire, notamment, en ce qui concerne la charte de concertation, les commissions extra municipales et autres aspects de la démocratie participative.

La mairie 2014 : Les adjoints 5

en cours de rédaction

Agrandir

Errare humanum est ! Voilà-t-il pas que j’écris « Laurence  » pour « Clémence » et que je la sacre « benjamine » au détriment de Coline Pibarot, véritable détentrice de ce titre enviable. Heureusement, je dispose d’un correcteur avisé que je remercie. Que celui qui n’a jamais fauté me jette la première pierre (taillée) comme on dit chez les Compagnons …

Autre sujet : en ce qui concerne la « charte de concertation », je précise :rien à voir avec une autre charte de « libre expression » ou de « liberté absolue de conscience » ou de « liberté d’en rire « , etc. Je dis ça parce que j’ai comme l’idée que mon avis sur le sujet  dérange mais … c’est le cadet de mes soucis ! C’est au pied du mur qu’on voit … etc etc

Petit rappel

La démocratie participative est une forme de partage et d’exercice du pouvoir, fondée sur le renforcement de la participation des citoyens à la prise de décision politique.

On parle parfois de « démocratie délibérative » pour mettre l’accent sur les différents processus permettant la participation du public à l’élaboration des décisions, pendant la phase de délibération.

La démocratie participative ou délibérative peut prendre plusieurs formes, mais elle s’est d’abord instaurée sur le terrain de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme, avant de s’étendre dans les champs de l’environnement, la politique culturelle, l’information, etc.

La démocratie participative doit donner au citoyen, à n’importe quel citoyen, une placecentrale dans le processus démocratique. Sans remettre en cause le savoir politique des élus ni les connaissances des experts, cette forme de partage du pouvoir nécessite en amont de sa réalisation la reconnaissance d’une expertise citoyenne légitime.

 

A partir de lundi, les adjoints-hommes du conseil municipal ...

Ses formes de réalisation sont multiples : commissions extra-municipales, comités de quartier, conseil des jeunes, budget participatif, sondages, référendum local, débats publics, etc etc …

Sans oublier l’élaboration d’une charte de concertation établie à l’initiative de la municipalité concernée !

La mairie 2014 : les adjoints 1

La petite musique de huit ….… maires-adjoints !

Ils étaient sept … ça, c’était avant …

Ils sont huit … ça, c’est maintenant !

Caisse à dire ? Dépense supplémentaire : + 60 000 € sur six ans

Oui, mais comme l’a dit « the mayor » : « ils travaillent beaucoup »  alors, forcément,  il n’y aura personne de trop pour faire le boulot … excusez …. le job !.

Le « Grand Démocrate de l’Univers » (GRADLU dans l’intimité) m’est témoin que, pendant toute la campagne des municipales, je me suis efforcé d’assurer la meilleure égalité possible entre les trois listes sans afficher une quelconque préférence.

Maintenant, ma parole est libérée et je vais vous proposer, pendant les prochains jours, une étude psycho-machin (pas de diplôme nécessaire, on vous le dira) de nos huit maires-adjoints et, aussi,  des leaders de l’opposition. Le style ne sera peut être pas très politiquement correct.  Et puis, comme disait Charles de Gaulle : « Comme un homme politique ne croit jamais ce qu’il dit, il est toujours étonné quand il est cru sur parole . »

C’est parti !

.