Curiosité locale …

Comme c’est curieux : sur le site de la mairie, mention du 2 juin « annulée » !

Tribune libre proposée par « Citoyen » le 1er juin

La mairie du Vigan annonce, sur son site, une conférence organisée par l’association « Le souffle du rêve » qui, semble-t-il, bénéficie du soutien de plusieurs élus(e)s de la majorité municipale

« LE 4 JUIN : CONFÉRENCE ET DISCUSSION ORGANISÉE PAR LE SOUFFLE DU RÊVE

< Lucie Aubrac

 Le Souffle du Rêve organise

 Transmission discussion avec Don Alejandro Cirilo Perez, 

Chef du Conseil des Aînés  Mayas et Chef du Conseil des Autochtones des Amériques

JEUDI 4 Juin 19h salle Lucie Aubrac au Vigan

contact : 09 72 38 93 01 ou lesouffledureve.com« 

Il y a quelques mois, une autre conférence avait été organisée dans les mêmes conditions avec l’énigmatique « Roy Littlesun »

Sur le web, on peut consulter avec profit des sites comme les suivants :

http://www.mysticmamma.com/

http://www.newagefraud.org/smf/index.php?topic=3042.0

ou plus généralement rechercher avec google « don  alejandro cirilo perez« 

C’est dit, c’est même écrit … 2

Tribune libre proposée par « Fleur de lys »

Nous sommes à peu près tous dans la situation dénoncée par « Pétunia Fleurs »

Je crois savoir que 7 gerbes ont été faites à l’extérieur : donc, encore une fois, voilà une mairie qui n’a que faire de ce qui se passe en ville et qui ne fait rien pour faire marcher les commerces quels qu’ils soient. Et des exemples, nous en avons de plus en plus.

Cela devient très grave, car le risque de mettre au chômage nos salariés arrive à grand pas.

 

Et l’Echappée belle : la honte !

De grands moments du commerce parallèle : vente de boissons, grillades, crêpes, galettes, ….

Nous avons été gâtés : les bars, restaurants et autres commerçants de la ville attendent encore les clients de cette manifestation et Dieu sait que les élus de cette organisation crient haut et fort que cela ramène du monde en ville !!! Mais où et quand ???

Il serait intéressant  de connaître le BILAN : avec toutes les subventions versées, quel en est le retour en recettes ? J’espère que ce BILAN SERA PUBLIE OU DEMANDE.

Qu’en est-il de l’hygiène dans tout cela ? car les contrôles subis, chaque année, chez nos restaurateurs ne manquent pas .

Les sapins de Noël : encore la honte !

Combien de pépiniéristes au Vigan  et autour … 2, 3, 4 ?

Hé bien, savez vous que la mairie achète les sapins dans les Alpes ou ailleurs mais pas ici , tout ce manque à gagner qui part ailleurs n’est pas normal !!

« Aucun retour et aucun soutien » comme l’a dit l’UPV à plusieurs reprises. De quoi être démoralisé.

Pourquoi pas une opération «ville morte» pour une journée et autres actions ? Attention, je crois que le ton monte, monte..!!!!

 

Les conseils citoyens : motus et bouche cousue.

complément du 13 février : cause toujours ! à vendredi prochain …

complément du 6 février : RAS, « rien à secouer » …. alors rendez-vous à vendredi prochain pour constater probablement que ça continue … 

L’article ci-dessous a été mis en ligne le 24 janvier dernier et fort regardé. Réaction de la mairie du Vigan : RIEN ! Une déclaration de Monsieur le Maire sur le sujet ? Que nenni ! Une communication de Madame la Maire-Ajointe à la démocratie participative, entre deux rires dont elle a le secret ? Que nenni ! Le sujet n’est probablement pas à l’ordre du jour. C’est la raison pour laquelle je suggère que les prochains « Zéro Dialogues » soient consacrés à la démocratie participative … sans rire . Rendez-vous, sur le même sujet, vendredi prochain ….

Extrait du préambule du document ci-dessous

Vous pourrez compléter votre information en allant sur ce site

La maire adjointe à la « démocrate participative » doit  être au boulot  comme jamais pour préparer la création de cette structure au plus vite au Vigan ……….. à moins qu’elle ne soit pas au courant depuis mars 2014 !

Des sages de passage

Selon le Midi Libre (auquel je suis abonné numérique pour un prix modique … pub gratuite) il existe des « sénateurs du Quai ». Court extrait :

« Ils se nomment eux-mêmes sentinelles, vigies, ou « sénateurs du Quai », ces retraités viganais qui par petits groupes, en fin de matinée, passent en revue l’actualité locale et le journal (Ndlr Midi Libre)………………………En ce début d’année propice aux vœux, ils font aussi des rêves. Rêves d’être écoutés et entendus. Cela ressemble à une liste à la Prévert mais il faut bien avouer que certains points méritent attention. « Ces demandes nous en faisons part aux élus communaux et intercommunaux mais rien n’avance », plaident-ils. »

Qui s’étonnera de la conclusion de l’extrait ? Depuis des années, certains adjoints s’opposent à la mise en place de commissions extra-municipales réclamées depuis des jours, des mois, des années. L’article évoque même les prémices d’un   »conseil des sages » !!!

Les questions à poser seraient plutôt : quand la mise en place d’une charte de communication ? quand la mise en place des commissions extra-municipales nécessaires ?  quand la commission « démocratie participative » (entre autres) cessera de prendre les Viganais(e)s pour des électeurs d’un jour  priés de rentrer dans leurs chaumières une fois le résultat acquis ?

Quand, aussi, le site de la mairie publiera la composition des commissions municipales, les mentions légales, etc ?

 

Question de principe

Il est hautement souhaitable que la marche républicaine du Vigan remporte une large adhésion réunissant avant tout des citoyens solidaires au nom de la liberté de pensée, de conscience, de croire ou ne pas croire évitant, à cette occasion, tout clivage politique, religieux, philosophique ou communotariste.

La Communauté de communes et la Mairie du Vigan ont décidé, d’un commun accord, de favoriser cette manifestation sans chercher à en tirer un quelconque bénéfice.

C’est la raison pour laquelle on peut regretter qu’une section locale d’une organisation humanitaire (dont on ne peut que louer son action internationale) ait cru bon d’appeler ses adhérents et sympathisants à se regrouper à l’écart avant d’intégrer le cortège arborant probablement leurs signes distinctifs apparents. Cela me parait incongru et déplacé car pouvant être interprété comme une tentative de récupération.

C’est une marche républicaine dont les seuls mots d’ordre devraient être « charlie, liberté » d’autant que les prises de parole à la fin de la manifestation permettront probablement à chacun de s’exprimer d’une manière plus officielle.

Cela dit, TOUS ENSEMBLE dimanche !

ACL

Vous y croyez ? Moi … pas !

Le Maire du Vigan déclarait récemment, dans les colonnes de la presse régionale, juger nécessaire la concertation avec les concitoyens en ce qui concerne la réurbanisation à l’horizon 2025-2030

Quand on fait le bilan de la situation démocratiquement participative depuis 2008, on ne peut que constater l’opposition constante à la création de commissions extramunici-pales, comités de quartier et autres structures du même genre. Les promesses n’ont pas manqué …. ni les reports sine die !

Et autant dire que la situation s’est aggravée depuis mars 2014.  Le petit clan oligarchique, qui règne au sein de la majorité municipale viganaise, veille avec opiniâtreté au maintien de son pouvoir sans partage, quitte à « réprimander » ceux ou celles qui « s’égarent », même quand il s’agit de marquer ou non son soutien à des structures extérieures étonnantes.

Il existe bien une commission municipale consacrée à la démocratie participative mais ça procède du gag.  Et si on posait la question de savoir quand elle s’est réunie depuis mars 2014 sur ce sujet spécifique ? Et si on reparlait, pour la nième fois, de contrat de concertation, de commissions extramunicipales  ? Circulez, y a rien à voir !

Ils doivent se dire que je vais finir par me lasser. Que nenni, mes bons seigneurs car une nouvelle épreuve attend nos chers oligarches.

Voici qu’une loi (du 21 février 2014) crée les « conseils citoyens » dont le but est de « confronter les dynamiques citoyennes, en favorisant l’expertise partagée, en garantissant la place des habitants dans toutes les instances de pilotage, en créant un espace de propositions et d’initiatives à partir des besoins des habitants ».

Vous imaginez : Créés par cette loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine, les conseils citoyens font leur apparition. Ils doivent être associés à l’élaboration, ou au moins au suivi et au bilan des contrats de ville et pourront porter eux-mêmes des projets visant à améliorer la situation du territoire.

Vous y croyez, vous, pour Le Vigan ? Moi … pas ?

Pour en savoir plus :http://www.courrierdesmaires.fr/44072/conseils-citoyens-des-instances-incontournables-du-contrat-de-ville/

Population du Gard

Populations légales 2012

Mise à jour : 29 décembre 2014

Les populations légales millésimées 2012 entrent en vigueur le 1erjanvier 2015. Elles ont été calculées conformément aux concepts définis dans le décret n° 2003-485 du 5 juin 2003. Leur date de référence statistique est le 1er janvier 2012.

Pour en savoir plus (France entière par département et commune)

Petit Journal LV : un impair à tort !

Il y a environ deux mois, quelques conseillers municipaux (pas tous) ont été priés de marquer leur préférence en ce qui concerne trois projets d’une nouvelle « une » en remplacement de la précédente « une bobo ». Leur choix s’est porté, semble-t-il, sur le modèle ci-dessus à gauche. Ainsi soit-il … oui, mais  !

Impérator, au mieux de sa forme, est passé par là et en a remis une couche … de bobo. Histoire, sans doute, de marquer son territoire et d ‘avoir, d’une certaine manière, le dernier  mot.  A mon avis, un impair .. à tort ! Car ce lecteur est de la même famille que les bobos d’antan mais, celui-là au moins,  il ne boit pas, il fume pas et sourit béatement, ce vigano-cévenol BCBG ! Attendons , avec curiosité, le prochaine exploit d’Impérator. Et vive la démocratie participative !

Quant au contenu, à chacun de voir ce qu’il en pense. Une seule observation de ma part : des textes moins compacts et une police qui, plus grande d’un point, faciliteraient la lecture. Au bout d’un moment, les lignes ont tendance à se mélanger et on a tendance à sauter les lignes et à lâcher prise … l’âge sans doute ! 

Conseil municipal du Vigan du 19

Le Conseil s’est réuni vendredi 19 à 18 h avec pour ordre du jour

Des places vides :  18 présents physiquement dont 4 adjoints sur 8. Toutes les résolutions ont été adoptées à l’unanimité dans une ambiance « cool ». Quelques informations et précisions intéressantes … mais ce sera pour lundi ! (le temps du montage).Sortie du   »Petit Journal » en fin de séance. Nouvelle présentation. Finis les « bobos » … quoique  ! Analyse et commentaires, lundi.

Résolutions 4 et 6

Résolution 5

Résolution 10

A propos de l’avenue Jean Jaurès

Voici l’essentiel d’un courrier adressé, récemment,  à Monsieur le Sous Préfet du Vigan par les cinq conseillers municipaux d’opposition du Vigan.

Pas de commentaires dans la mesure où le Tribunal Administratif a probablement été saisi et que, dans ces conditions, nous laissons, comme il convient, le soin audit Tribunal Administratif de dire le droit.

Les commissions municipales, outils démocratiques

Un conseil municipal ne peut étudier à fond les affaires de la commune au cours de séances dont la durée est limitée à quelques heures. C’est pourquoi il est indispensable qu’un travail préparatoire ait eu lieu, avec des possibilités d’information plus grandes, par un groupe plus restreint de personnes : les commissions.

Chaque commission est en charge de travailler sur des projets concernant son champ d’intervention. Ces projets sont ensuite présentés au conseil municipal qui donne ou non son autorisation à leur lancement, en fonction des priorités et des moyens financiers.

Les commissions sont des espaces de travail où chaque conseiller peut s’exprimer et proposer ses idées. Elles peuvent être ouvertes aux habitants de la commune sous la forme de « commissions extra-municipales » : une véritable utopie au Vigan …

Outre l’effectif réduit et la souplesse de fonctionnement, la commission municipale offre encore deux avantages qui tiennent, l’un à la qualité de ses membres, l’autre au caractère non public de ses travaux. En principe, les membres d’une commission ont été volontaires pour en faire partie, soit parce qu’ils possèdent, par leur profession ou pour toute autre raison, une compétence particulière, soit parce qu’ils portent, personnellement, un intérêt spécial au domaine confié à leur examen.

Les commissions sont présidées par le maire ou l’adjoint délégué. Les commissions n’ont aucun pouvoir de décision. Le travail des commissions consiste à étudier plus en détail les dossiers, donner un avis, des recommandations ou des propositions. Des commissions peuvent être créées de façon temporaire sur un problème particulier. De même, des personnes étrangères au Conseil peuvent y être associées ou consultées.

Si les réunions du Conseil municipal sont publiques, (sauf huis clos), les débats et discussions en commissions ne sont pas publiés. Seuls les avis, propositions ou résultats de la réunion sont consignés.


Impair et passe

Depuis sept ans et peut être plus, je blogue et au cours de ces sept années j’ai connu avec mes interlocuteurs des accords, des désaccords pour des interviews, des demandes d’information mais des « défense d’entrer! » … jamais ! Ainsi va la vie de chroniqueur local avec ses hauts et ses bas.

Par ailleurs, il faut savoir que, pour chaque reportage d’un concert, j’arrive très en avance pour deux raisons :

  • installer mon matériel de prise de vue et procéder aux réglages prise de vue-prise de son pendant les répétitions
  • obtenir une interview de présentation de qui va se produire

C’est ainsi, par exemple, qu’avec l’accord de Michel Piquemal, chef de l’ensemble de Sylvanès, j’ai pu filmer, pendant une heure cet été, la répétition et l’interviewer (docu que je mettrai en ligne au creux de l’hiver avec d’autres, tournés au cours de la saison estivale)

Ce soir, je suis donc venu comme d’habitude à l’Eglise Saint Pierre pour rencontrer La Classe Opéra de Montpellier qui devait se produire un peu plus tard, sans perturber pour autant la répétition en cours.

Au moment où j’allai franchir la porte, une sorte de cerbère impérial s’interposa avec cet autoritarisme sans partage que certains lui prêtent volontiers et m’intima sans détour de passer mon chemin.

C’est ainsi que, trouvant inconvenant, ce qui l’est, interdire ce qui ne devrait pas l’être, j’ai regagné mes pénates et respiré l’air pur des hauteurs de mon hameau. 

Charte alors ! ça existe depuis 2009 ….

Une lecture à la loupe de la 4 ème de couverture de la récente plaquette des écho-dialogues, j’ai découvert (écrit tout petit et en noir sur fond vert foncé) qu’il existait au Vigan une charte éco-responsable !

Oh ! Vert Maire ! avec votre Conseil, vous accouchâtes d’un document fondateur sorti du Vigan . Je suis rouge de confusion de n’y avoir vu que du bleu constatant du même coup que, pendant cinq ans, il a existé un blanc dans ma vie chroniqueuse.

Que fais-je alors ? Je me précipitai sur le site de la mairie et écrivis « charte » dans la fenêtre « Recherche ». Résultat :atterrissage dans un texte consacré à André Chamson … Retour dans internet et au terme d’une recherche ciblée, voici ce que j’ai trouvé :

Ce fut édité, il y a cinq ans. A chacun de juger de ce qui fut annoncé (juré, promis) et ce qui fut réalisé.

NDLR : comme quoi, quand on veut savoir quelque chose sur le fonctionnement de la commune, il faut mieux aller sur internet que sur le site de la mairie !

Suivez le guide ! pratique du conseil municipal

Au cours de mes errances « internétiques », je suis tombé sur le guide ci-dessous. Clair et concis, bien présenté et facile à lire, je l’ai donc « piraté »!

Vous pouvez le consulter, le copier sur votre ordi et même l’imprimer. Je ne sais pas si un document semblable existe dans le Gard mais, en tous cas, félicitations à l’Union des Maires de l’Oise.

Le Vigan : projet de compte rendu du 18 novembre

Les conseillers municipaux viganais ont reçu, cette semaine, le projet du compte rendu du conseil municipal du 18 novembre 2014. Ils sont invités à le lire et à faire connaître leurs observations avant que ce texte, dans sa rédaction définitive, soit proposé à l’acceptation lors du prochain conseil municipal. Donc, il est à consulter en tant que projet d’autant plus que certains passages sont rédactionnellement surprenants. Exemple :

Renseignements pris, il semblerait que ce soit du français alternatif et transversal avec effet rétrodémocratique participatif intégré. Il suffit de le savoir !

Cela dit, les pages les plus intéressantes sont les pages :

  • 1, 2 et 3,

  • la résolution 11,

  • la résolution 14,
  • les deux dernières pages

 Compte Rendu Du Conseil Municipal 1811

Grandeur et décadence de l’autocratie

L’élu leader autocrate, aussi connu comme un leader autoritaire, est un style d’élu caractérisé par son contrôle individuel et total sur toutes les décisions et apports des autres élus.

L’élu autocrate fait généralement ses choix en fonction de ses propres idées et jugements et accepte rarement les conseils et suggestions de son équipe. En effet, l’autocratisme implique le contrôle absolu du groupe d’élus d’où peu ou pas de tolérance, méthodes et décisions imposées aux autres élus, taches importantes non confiées aux autres élus

AVANTAGES D’UN ELU LEADER AUTOCRATE

L’autocratisme peut, dans certains cas, être bénéfique. notamment si certaines décisions doivent être prises sans consultation des autres élus pour des raisons inconnues ou qui doivent le rester.

Parfois aussi, les autres élus peuvent préférer un style autocratique car il leur permet de se concentrer sur l’exécution de tâches subalternes sans se soucier de la prise de décisions complexes.

INCONVÉNIENTS D’UN ELU LEADER AUTOCRATE

Les élus autocrates aiment tout contrôler, ce qui peut engendrer un certain ressentiment parmi les autres élus qui peuvent penser qu’ils sont incapables d’apporter des idées ou que l’élu autocrate trouve certains avantages à cette situation.

Certains chercheurs ont constaté que l’action d’un élu autocrate se traduit souvent par un manque de solutions favorables aux intérêts des autres élus.

Bien que l’élu leader autocrate réserve quelques pièges potentiels pour résister aux atteintes à son autorité, les autres élus peuvent tenter de lui apprendre à évoluer et ne pas perdre courage en cas de difficultés.

Le problème des électeurs n’est pas évoqué dans la mesure où l’élu autocrate les considère comme quantité négligeable et dont la seule utilité consiste à bien voter, le moment venu, pour assurer sa réélection.

La prochaine chronique sera consacrée à l’élu « anocrate ».

Le cinéma, quel cinéma ! ?

Le point n°1 de l’ordre du jour du conseil municipal du Vigan, le 18 novembre dernier, donna matière à débat.

Le maire donna un certain nombre d’explications conformes au document adressé à  chaque élu quelques jours plus tôt (voir ci-dessous – agrandir)

D’entrée de jeu, à l’ouverture du débat qui suivit, plusieurs membres de l’opposition firent remarquer que la fin du document sous-entendait de donner d’après eux, au seul maire, un blanc-seing pour les uns, carte blanche pour les autres (encadré en rouge).

Pendant près de 15 mn (bande sonore enregistrée), le débat tourna autour de deux mots « informé «  et « consulté ».

Le maire répétant à plusieurs reprises que « le conseil municipal serait informé du résultat de la négociation directe » et l’opposition demandant, à plusieurs reprises également, que « le conseil municipal soit consulté » ce qui sous-entendait un vote par le conseil.

Jusqu’au terme du débat, on « tourna beaucoup autour du pot » sans que les lignes bougent pour autant. Le dernier mot appartint au maire qui clôtura cette partie du conseil par « vous serez tenus au courant évidemment »

Le vote du texte donna le résultat suivant : vote unanime des élus de la majorité et abstention des élus d’opposition.

Le troisième article « Silence dans les rangs !« ,  c’est pour incessamment-sous peu … y a à dire !

 

 

La loi ? Quelle loi ?

Le point 11 de l’ordre du jour du Conseil Municipal du Vigan du 18 novembre 2014 concernait le changement de dénomination de l’avenue Pasteur en avenue Jean Jaurès.

Ce qu’on peut dire, c’est que l’inauguration de la nouvelle avenue se fit le 11 novembre alors même que la loi (rappelée à plusieurs occasions dans ce blog au cours des semaines, voire des mois passés) n’avait pas été appliquée :

- pas de délibération municipale

- pas d’enquête de « voisinage »

- pas d’exposé concernant l’intérêt public

- pas de déclaration préalable aux autorités préfectorales

Donc, le texte présenté au Conseil du 18 novembre avait pour vocation de régulariser la situation sans mention de mandat au Maire pour procéder aux  démarches de régularisation de la situation.

Les conseillers municipaux d’opposition firent état de leur désaccord non pas sur la dénomination elle même mais sur la procédure considérant qu’il y avait manquement à la loi d’autant que le texte présenté au Conseil se résumait à une courte biographie de Jean Jaurès et une simple proposition de dénomination (texte déjà publié sur ce blog).

Les réponses du Maire aux dires de l’opposition peuvent se résumer de la manière suivante (extraits de la bande sonore enregistrée des 6 minutes du débat qui a précédé le vote) :

« on peut considérer que c’est un fait accompli … on peut toujours chercher à faire polémique pour exister … on aurait pu le faire avant … tout le monde était occupé par les inondations … dans toute histoire il y a toujours un grincheux …pour moi, le symbole était plus fort que cette petite fâcherie » 

NDLR : la bande originale est à disposition, bien entendu

Le débat a donc duré six minutes au terme desquelles un vote a été sollicité : tous les présents ou représentés ont voté pour l’adoption du texte proposé sauf les cinq élus d’opposition qui ont refusé de participer au vote pour irrecevabilité en la forme.

Reste la possibilité pour l’opposition  d’un recours au tribunal administratif pour, semble-t-il, manquement avéré à la loi, annulation du vote émis le 18 novembre pour vice de forme et tous autres motifs à déterminer … mais cela c’est l’affaire de l’opposition !

-

Plus qu’hier et moins que demain

Le « cadenassage » de la municipalité  progresse de jour en jour !

On est en droit de s’interroger sur l’évolution démocratique de la majorité municipale. Le déroulement du Conseil municipal du 18 novembre fut monopolisé par le maire seulement relayé par deux courtes interventions de maires-adjointes.

Mises à part les réserves émises par l’opposition, les colonnes du temple municipal majoritaire restèrent muettes malgré des justifications pour le moins étonnantes sur des procédures récentes, une requête pour un blanc-seing et une mise en garde générale tout en refusant de prendre en compte un élément significatif.

Cela mérite, évidemment, explications . ce sera le sujet de trois articles pour demain, vendredi et samedi :

- quel cinéma !?

- la loi ? quelle loi ?

- silence dans les rangs !

Depuis les dernières municipales, un changement est sensible au sein de l’équipe municipale; Cela aussi, nous en parlerons.

En 1, projection sur l’avenir

L’équipe municipale aux responsabilités semble souffrir du syndrome du secret. A la suite de la parution de l’appel d’offre public concernant la gestion du cinéma à compter du 1er janvier 2015, c’était être bien naïf que de penser que personne n’en parlerait.

Ce fut le cas, dans ce blog mais pas seulement. Et encore en évoquant les possibilités de choix pour une solution qui assurerait l’indispensable continuité de l’activité du cinéma.

Dans le même temps, une page facebook, faisant office de forum viganais (ce qui bien en soi) en a parlé bien plus avec .la participation active d’une maire-ajointe habituée du forum et qui intervint sur le sujet. C’est la raison pour laquelle il faut toujours prendre soin de ne pas se tromper de cible.

Ce projet de résolution ouvrira la séance de ce 18 novembre du Conseil municipal. Attendons.

NDLR : le copié-collé et la copie d’écran sont choses florissantes au Vigan

Un mythe qui vaut le réel

La boîte de Pandore

Dans la mythologie grecque, Prométhée vola le feu aux Dieux pour le donner aux hommes.

Pour se venger, Zeus ordonna à Vulcain de créer une femme faite de terre et d’eau. Elle reçut des Dieux de nombreux dons : beauté, flatterie, amabilité, adresse, grâce, intelligence, mais aussi l’art de la tromperie et de la séduction. Ils lui donnèrent le nom de Pandore, qui en grec signifie « doté de tous les dons ».

Elle fut ensuite envoyée chez Prométhée. Epiméthée, le frère de celui-ci, se laissa séduire et finit par l’épouser. Le jour de leur mariage, on remit à Pandore une jarre dans laquelle se trouvaient tous les maux de l’humanité.

On lui interdit de l’ouvrir. Par curiosité, elle ne respecta pas la condition et tous les maux s’évadèrent pour se répandre sur la Terre. Seule, l’espérance resta au fond du récipient, ne permettant donc même pas aux hommes de supporter les malheurs qui s’abattaient sur eux.

C’est à partir de ce mythe qu’est née l’expression de la « boîte de Pandore », qui symbolise la cause d’une catastrophe possible. Alors, pour « ouvrir la boîte de Pandore », faut être fou !

On va en parler !

Rappelons, une dernière fois, la loi concernant la dénomination des rues en donnant un extrait du texte mis déjà plusieurs fois en ligne sur ce blog.

Dans ces conditions, ce qu’on peut penser, c’est que l’inauguration de l’avenue Jean Jaurès le 11 novembre dernier s’est faite avec un manquement à la loi signalé, au moins, par deux élus, le silence semblant de règle pour les 25 élus autres..

A l’occasion du conseil municipal du 18 novembre 2014, une résolution est proposée aux conseillers : 

Le moins qu’on puisse dire, c’est que la forme est lapidaire : 99% sont constitués par une « biographie » de Jean Jaurès, le tout terminé par une ligne valant proposition de dénomination. Pas un mot sur ce qui s’est passé ni sur ce que va être la démarche de la municipalité pour expliquer la suite. Encore moins, les mentions habituelles qui figurent habituellement en bas des propositions de résolution.

Attendons le Conseil du 18 !

.

La belle aventure des forçats du PDF !

Laissez-moi vous conter la belle ou la triste aventure (c’est selon) des forçats du PDF. Il s’agit, en fait, des conseillers municipaux du Vigan.

Or donc, il existe en cette ville un conseil municipal qui, comme le veut la coutume, se réunit, de temps en temps, pour délibérer à propos des affaires de la commune.

Quelques jours avant la réunion, chaque conseiller municipal reçoit un dossier contenant tous les projets de résolution. Il se doit d’en prendre connaissance (du moins, on le suppose) afin de voter en toute connaissance de cause le moment venu.

Jusqu’au printemps dernier, ledit dossier était d’un seul morceau (format « PDF ») facilitant la lecture d’un seul élan et, pour parler pratique, un seul « clic » pour l’ouvrir.

.

Nouvelle mandature, suite aux élections municipales 2014 … et nouvelle mode !

Désormais, autant de PDF que de documents différents. C’est ainsi que le dossier en vue du Conseil du 18 novembre est saucissonné, morcelé, débité, fractionné, morcelé, scindé, subdivisé, tronçonné en … 17 PDF … de quoi occuper les conseillers à moins que les multiples manœuvres ne les désespèrent de continuer leur consultation du « multi-dossier ».

Plusieurs conseillers m’ont dit avoir demandé, sans succès, le retour à l’ancienne formule. Peut-être l’ancien savoir-faire est-il perdu et personne n’a la compétence requise pour rétablir la formule du  PDF unique ? Ce qui, croyez-moi, est pourtant une manœuvre simple.

Plaignez les forçats du PDF dont la juste revendication n’a pas su émouvoir le(s) réalisateur(s) démocrates participatifs.


Communiqué à propos du 11 novembre au Vigan

Prière d’insérer

« Les élus municipaux viganais de la liste Unis pour Notre Avenir«  ne participeront pas à l’inauguration de l’avenue Jean Jaurès le mardi 11 novembre 2014 comme annoncée par la Mairie du Vigan.

En effet, c’est au mépris de la loi que cette initiative a été prise : Conseil municipal non consulté, aucune résolution votée par ledit Conseil, avis du préfet non sollicité, pas de réponse à nos demandes d’explication

Nous ne pouvons cautionner un tel manquement à la loi et il nous paraît opportun de reporter cette inauguration à une date ultérieure. »

Pascaline DRUYER
.

Conseil municipal LV : le règlement intérieur

Voici le texte du règlement intérieur  tel qu’il sera présenté au conseil municipal du 18 septembre pour adoption après d’éventuels amendements

Par ailleurs, pas de nouvelles d’une éventuelle « charte de concertation » (démocratie participative) à adopter par le conseil municipal et précisant les engagements de la municipalité en ce qui concerne  la création de commissions extra-municipales, comités de quartier, l’information et la concertation citoyenne et d’une manière générale les règles de fonctionnement de cet aspect des choses.

.

Le Vigan : les commissions municipales

Site internet de la mairie : Il suffit de demander ! les comptes rendus du conseil municipal ont été complétés et la liste des commissions a été mise à jour (copié-collé ci-dessous). Il reste juste à l’élue, correctrice d’édition, à corriger les fautes … ici et là

J’oubliais : GAG ! il y a même une commission « extra-municipale » composée exclusivement de conseillers municipaux …

LES COMMISSIONS

Commission finances

Pascal GOETZINGER, Anne DENTAN, Alexandre COZZA, Christian LANGET, Laurence AUDREN, Pierre MULLER, Anne-Laure GARRIGUES, Lionel GIROMPAIRE, Gérald GERVASONI, Pascaline DRUYER

Commission culture et communication

Laurence AUDREN, Pascal GOETZINGER, Denis SAUVEPLANE, Jacques LESTRAT, Jean MAZUIR, Coline PIBAROT, Alexandre COZZA, Colette BOUDARD, Jean Robert TRIAIRE, Pascaline DRUYER

Commission urbanisme et projet de ville

Anne-Laure GARRIGUES, Anne DENTAN, Pierre MULLER, Lionel GIROMPAIRE, Jean MAZUIR, Sophie ALAZARD, Laurence AUDREN, Chantal VIMPERE, Nicole GROS, Pascaline DRUYER

Commission village de vacances

Anne Laure GARRIGUES, Pascal GOETZINGER, Laurence AUDREN, Patrice BOISSON, Denis SAUVEPLANE, Emmanuel PUECH, Clémence BOISSON, Corinne CIECKO, Jean Robert TRIAIRE, Jean Luc PASCAL

Commission éducation et  jeunesse

Sylvie ARNAL, Jean MAZUIR, Corinne CIECKO, Coline PIBAROT, Sophie ALAZARD, Anne-Laure GARRIGUES, Patrice BOISSON, Anne DENTAN, Chantal VIMPERE, Gérald GERVASONI, Jean Luc PASCAL

Commission affaires sociales

Clémence BOISSON, Coline PIBAROT, Corinne CIECKO, Sophie ALAZARD, Jacques LESTRAT, Pierre MULLER, Sylvie ARNAL, Lionel GIROMPAIRE, Chantal VIMPERE, Nicole GROS, Pascaline DRUYER

Commission démocratie participative et Agenda 21

Clémence BOISSON, Pierre MULLER, Jacques LESTRAT, Lionel GIROMPAIRE, SOPHIE ALAZARD, Yvette DE PEYER, Alexandre COZZA, Colette BOUDARD, Gérald GERVASONI, Jean Luc PASCAL

Commission service des eaux et cimetière

Service des eaux-cimetière : Christian LANGET, Anne DENTAN, Yvette

DE PEYER, Clémence BOISSON, Lionel GIROMPAIRE, Pierre MULLER, Colette BOUDARD, Alexandre COZZA, Jean Robert TRIAIRE, Pascaline DRUYER

Commission environement

Pierre MULLER, Patrice BOISSON, Emmanuel PUECH, Jacques LESTRAT, Denis SAUVEPLANE, Anne DENTAN, Christian LANGET, Yvette DE PEYER, Gérald GERVASONI, Pascaline DRUYER

Commission animation et vie associative

Alexandre COZZA, Clémence BOISSON, Laurence AUDREN, Jean MAZUIR, Colette BOUDARD, Christian LANGET, Corinne CIECKO, Lionel GIROMPAIRE, Jean Robert TRIAIRE, Jean Luc PASCAL

 Commission extra municipale : La coopération décentralisée

Yvette DE PEYER, Jean MAZUIR, Jacques LESTRAT,Coline PIBAROT,  Pascaline DRUYER

Raté !!!!

Mardi 10h30 : nous convenons avec Sylvie Arnal (première maire-adjointe chargée des affaires scolaires et de l’enfance) d’une interview-vidéo portant uniquement sur le bilan de la rentrée scolaire au Vigan. Rendez-vous est pris pour mercredi 10 à 15h30. Comme d’habitude, interview cool et sans questions-pièges.

Mercredi 15h15 : je suis en route quand le téléphone sonne. C’est Sylvie Arnal qui m’informe que sur le conseil, me dit-elle, de sa proche famille, elle préfère annuler.

C’est la première fois qu’elle me fait  le coup, elle qui s’est toujours prêtée avec courtoisie et compétence aux interviews que nous avons réalisées ensemble.

Oups ! je doute, Viganaises, Viganais, je doute …

Ah, oui? Comme c’est curieux !

Au nid soit, qui mal y pense …

Il y a malheureusement des élus qui finissent  par défrayer l’actualité en « sortant du rail » faisant rejaillir sur l’ensemble de la classe politique un sentiment de rejet.
Avant les « oublis fiscaux », les impôts impayés ou en retard, les associations fantômes-paravents et autres structures bizarres, ce qui semble venir en tête des « déborde-ments » concerne les prises illégales d’intérêt.

L’interprétation très stricte du code pénal par les juges et l’étendue de leur contrôle devraient inciter les élus en général et les locaux en particulier, occupant des fonctions dirigeantes au sein d’une entreprise, à prendre certaines précautions lorsque se nouent des relations contractuelles entre l’entreprise et la commune directement ou indirectement. Que dit la loi ?

• Il est recommandé aux élus, en particulier aux maires et adjoints, de dissocier clairement et sans ambiguïté, leur mandat local et celui de chef d’entreprise ou de responsable associatif.

• Afin d’éviter la condamnation pour prise illégale d’intérêt, l’élu devra veiller à ne pas avoir la direction ou le contrôle d’une opération susceptible de concerner sa propre entreprise.

En ce qui concerne le régime dérogatoire des communes de moins de 3 500 habitants, le code pénal prévoit que l’élu concerné doit s’abstenir de participer à la délibération du conseil municipal relative à la conclusion du contrat. Si c’est le maire qui bénéficie d’un dérogation, le conseil doit désigner l’un de ses membres pour représenter la commune dans l’acte à conclure. La délibération se tient publiquement (le huis-clos est écarté par le texte).

• Tout élu local ayant un intérêt dans une entreprise, et a fortiori le dirigeant, doit donc veiller à ne pas participer aux procédures d’appel d’offre, et plus généralement à toute décision concernant un marché public que son entreprise souhaiterait obtenir, afin de ne pas être accusé d’octroi d’avantage injustifié.

Interview P.Druyer 05092014

Pascaline Druyer a été réélue conseillère municipale du Vigan en mars 2014 (liste d’opposition) ainsi que conseillère communautaire (CDC du Pays Viganais).

Elle donne ici son sentiment à propos de la « rentrée » en ce qui concerne la CDC et plus complétement la mairie du Vigan.

Comme d’habitude, c’est une interview sans préparation et mise en  ligne telle que.

Quid du cinéma du Vigan ?

. Le contrat d’exploitation du cinéma arrive à son terme. Il y a quelques semaines, la mairie du Vigan a lancé un appel d’offre en vue de renouveler ce contrat. Monsieur Marin, son exploitant actuel, n’a pas répondu et ne souhaite pas, semble-t-il, soumissionner. Trois soumissionnaires, par contre, se sont manifestés et les négociations sont entamées, la mairie devant faire son choix en fonction des offres présentées. On devrait en connaître le résultat pour la fin du mois. Encore faut-il que la communication passe.

Il faut espérer que le « cinéma » pourra continuer de fonctionner avec une programmation aussi attrayante que possible.

Soit dit en passant …

Voulant savoir où on en est avec les commissions municipales, je m’en fus cliquer sur « commissions » dans le site de la mairie du Vigan. Oups ! 162 jours après les municipales 2014, c’est toujours la composition des anciennes commissions 2008-2014 qui est proposée aux curieux assoiffés de la vie municipale.

Saisi d’un doute affreux, je me suis précipité du côté des comptes rendus de conseil municipal pour 2014. Re-oups ! 

J’en suis resté sans voix … et suis parti prier Sainte Compétence !

Inondations : la mesure du risque

On se souvient des inondations qui ont causé d’énormes dégâts dans des villes comme Nîmes, Aramon ou Vaison la Romaine. Dans les milieux urbains, certains quartiers sont plus exposés que d’autres et l’on nomme souvent les plus menacés en cas d’inondation, « zones noires« ; Le Vigan n’échappe pas à cette situation dont voici un exemple : une rue bien connue qui longe l’Arre près du « Vieux Pont » :Un plan d’évaluation ds risques (rapport préfectoral) paru en 1998 décrit la situation locale et mentionne notamment les hauteurs atteintes par l’eau au cours d’inondations exceptionnelles (voir page 7 et suivantes). Pour rares qu’elle soient, elles n’en n’existent pas moins.

Rapport préfectoral (source internet)

La sécurité est un souci contant pour les mairies, les autorités, administrations et services, les élus concernés. La tâche n’est pas aisée car on n’arrête guère l’eau dans ses débordements.

Les bâtiments qui longent les rives sont les premiers exposés. Anciens ou récents, la nature de leur usage est déterminante. On a constaté, en France, que des permis de construire ont été accordés à la « légère »  (exemple en bord de mer en Vendée, il n’y a pas si longtemps). D’autres cas sont cités  : bâtiments industriels, commerciaux, dépôts désaffectés et détournés de leur usage, mettant en danger des vies humaines et, de plus,  en contradiction avec les lois en vigueur.

Cela dit, les trois communes mentionnées dans le rapport préfectoral veillent « au grain », sans nul doute.

 

Comptine viganaise

Il faut bien tirer une conclusion de cette affaire de piquets et quoi de mieux que de choisir l’exemple du Quai !

Bornes, piquets, mini barrières et troncs d’arbres participent harmonieusement au piquetage ambiant.

Alors, il fallait compter pour conter le résultat , ce qui donne (si on n’a rien oublié) :

63 piquets

27 mini barrières fleuries ou pas

28 bornes

27 troncs d’arbre

Toutefois, sur le « quai d’en bas » une zone n’est pas « protégée » contre le stationnement sauvage d’automobilistes indisciplinés et contrevenants. Peut donc faire mieux

Inspiré d’une comptine enfantine …

Am, stram, gram

Piquet,piquet colégram

Bourre le bourg et ratatam !

Am, stram, gram,

 

Un meilleur choix,

C’est le roi

Qui n’le veut pas !

Alors, celui qui gagnera

Ce ne sera pas toi …

Une mairie aux piquets

L’embellissement du centre ville se poursuit. Un peu partout on voit apparaître une nouvelle race de piquets : après les « grands maigres », voici les « petits gros » du plus bel effet … 

Alors forcément, ça fait des mécontents ! Ce serait le cas des riverains de l’avenue E.d’Alzon qui se demandent pourquoi cette voie n’est ornée d’aucun piquet. Pourtant, ce n’est pas la place qui manque pour en mettre plusieurs dizaines. Nul doute que la mairie les entente.

Questions subsidiaires : Combien de piquets au total seront mis en place au Vigan ? Combien cela aura-t-il coûté ? (frais de pose compris)

Le râleur de service.

Une visite remarquée

Lors de la journée « portes ouvertes » des ateliers créatifs du Bourilhou, Monsieur Alexandre Cozza, qui représentait Monsieur le maire du Vigan, a pu visiter les différentes salles du Centre sous la conduite  du président et de plusieurs membres du  conseil d’administration du Centre Culturel et de Loisirs.

On sait que le nouvel adjoint au Maire Eric Doulcier, élu  dans le nouveau conseil municipal, a été chargé de s’occuper des festivités organisées au Vigan et des différentes associations. Il est aussi conseiller communautaire.

Il a été surpris par la grande quantité des activités proposées au Centre Culturel et l’exiguïté des locaux, composés de salles toutes polyvalentes, à l’exception du labo Photo. Rappelons que cette année environ 800 personnes ont fréquenté le Bourilhou, sans parler de celles qui ont participé aux stages du samedi.

On sait, pour le moment, qu’au moins quatre nouveaux ateliers démarreront à la rentrée de septembre. Les responsables du Centre Culturel, qui souhaitent changer d’emploi du temps, sont priés de prendre contact dès que possible avec le président du Bourilhou, dans la mesure des créneaux horaires disponibles, bien sûr, ce  qui n’est pas chose facile actuellement. On peut le contacter au 04 67 81 89 69 (ou laisser un message en cas d’absence).

La question du jour

Dans les « milieux bien informés », on se poserait la question :

« L’accord intervenu lors de la répartition des postes au sein de l’exécutif de la Communauté de communes peut-il ou doit-il se traduire par un transfert de personnel de la Mairie du Vigan vers la Communauté ? Et si oui, qui ? »

Quelle question ! Pourvu que ce remue-méninges se fasse pas du remue-ménage …

La piquétomanie

La déco urbaine fait partie de la culture. A propos de culture, il serait, bon vu la morosité ambiante, qu’on nous organise dans le cadre des écodialogues, des « écomarioles », histoire de rire un peu.

Cela dit, vous avez sans doute remarqué la floraison de ces piquets métalliques qu’on voit un peu partout en rangs serrés, en petits groupes,en trio, etc

Evidemment, c’est d’un plus joli effet que les mini barrières fleuries et, surtout, ça demande moins d’entretien … quoique …

 

Le plus surprenant, c’est ce piquet tout seul sur son trottoir devant un local vide à louer. Tout un symbole !

On peut ainsi dire que les piétons sont bien protégés des voitures à condition de ne pas contourner les ditspiquets pour traverser hors des passages « cloutés » !

 

La mort dans l’âme … du Vigan

On va encore dire que je joue les « Cassandre » … et pourtant !

Deux de plus et la suite n’est pas plus réjouissante. Certains vont fermer tandis que d’autres cherchent à vendre (voir le « Bon Coin » site achat-vente internet)) sans trouver d’acheteurs.

Un professionnel du Pays Viganais, bien placé pour juger de l’économie locale et des difficultés des uns et des autres, avance le chiffre de 25 commerces sur le fil du rasoir avec de nombreuses fermetures d’ici la fin de l’année.

D’aucuns répondent que « c’est partout pareil ». C’est possible mais Le Vigan, c’est Le Vigan !

Et il est des silences assourdissants,  comme disent certains.

Un sujet d’élévation

Vous connaissez le conte de la Rue et des Trois Ponts ?

La réponse demain ! (du moins, c’est ce qu’on raconte … mais allez savoir !)

samedi 2

Les camions n’en finissent pas de grandir en longueur et en hauteur ce qui fait qu’il arrive qu’un pont devienne trop juste en hauteur. Alors, il faut dévier la circulation pour ces camions-là.

C’est ainsi que la rue Gorlier devant l’école primaire fut élargie. Les arbres, qui y vivaient leur vie, furent coupés, le trottoir rétréci et un parking fut même créé juste devant l’entrée de l’école.

C’est ce que m’a conté un citoyen dubitatif. Tant pis si ce n’est pas exact ! Le service de communication de la mairie rectifiera.

lundi 4

dans les commentaires, un internaute demande : où est le 3ème pont ?

réponse : sur la déviation !

Au nom de l’efficacité

La campagne de fermeture des magasins du centre ville progresse lentement mais sûrement et se présente sous les meilleures auspices pour la rentrée.Il est indispensable que la Municipalité poursuive et étende son action salvatrice de transformation des locaux vides en locaux AOMG (A Occupation Minimale Garantie) pour soutenir l’économie locale et développer l’attrait touristique.