Départementales 2015 : Ces soutiens sont miens !

Chaque binôme fait savoir qu’il ne part pas seul dans la campagne électorale et qu’il bénéficie de soutiens importants ou qui peuvent paraître tels aux yeux des électeurs.

Voici le palmarès tel qu’annoncé par les candidats et qui sera complété au  fur et à mesure que les informations me parviendront

 

Hubert Norbert et Elise Viala (UD)

Hélène Meunier et Martin Delord (Maj Dépar)

Martine Gayraud et Richard Valamalle (PCF-Front de Gauche)

Eric Doulcier et Muriel Martinet  (DVG)

Pas d’annonce connue

Germain Spagnol et Aurélie Wagner (FN)

Pas d’annonce connue

Départementales 2015 : Interview Lionel Abassi

Lionel Abassi est maître artisan  de profession et le suppléant de Martin Delord (Binôme  Majorité Départementale)

Comme d’habitude, pas de préparation ni de questions convenues. Ces dernières s’enchaînent en fonction des réponses précédentes. Pas de bidouillages non plus au montage …

Quelquefois, l’interviewé ,comme ici, a quelque peu un certain trac … que nous pourrons constater dans d’autres vidéos futures car, assez souvent, les interviewés ne sont pas habitués à cet exercice  … et à la présence de la caméra !

Petit rappel au passage : ce blog est ouvert aux cinq binômes (et leurs suppléants) qui se présentent dans le canton du Vigan … s’ils le souhaitent. Communiqués, publications, reportages éventuels, interviews-vidéo.

Courriel « acl30120@free;fr » et tél 06 20 14 40 37 (8h-12h et 14h-19h)

André-Charles, chroniqueur indépendant  … et bénévole …

Départementales 2015 : V’là Olga !

Quand l’horizon me parait un peu embrumé, notamment sur le Pays Viganais

je sollicite l’avis de Madame Olga, prévisionniste de haut vol

Sa réponse !

« Quand un Etre, qui est, veut être encore plus, il lui faut paraître sauf que ce paraître   peut ne pas être du goût d’autres êtres qui veulent paraître dans le même périmètre. Alors l’Etre, que le mal-être pénètre, peut se démettre ou pas et même, s’il s’empêtre, tout compromettre pour à part être comme le maître qu’il pense être, quitte à disparaître du périmètre pour paraître avec un autre être du même périmètre et faire front. »

Madame Olga, vous exagérez. Quel salmigondis* !

* histoire d’étaler l’étendue de mon vocabulaire !!!

Départementales 2015 : Le son et l’image

J’ai commencé ma collection d’interviews-vidéo des candidats aux départementales de mars.

Chroniqueur indépendant et bénévole, je ne suis assujetti à rien d’autre que mon bon vouloir. Ni à vendre ni à acheter, je fais ce que je veux, quand je veux, avec qui je veux. C’est-y pas merveilleux ?! Enfin … j’essaie !

Pour mon malheur, je suis un démocrate participatif et, à ce titre, ces interviews-vidéo sont possibles avec tous les duos candidats aux départementales  2015 du canton du Vigan. Une seule condition : me contacter pour organiser le rendez-vous.

En ce qui concerne la vidéo, quelques contraintes : maxi 12 mn, pas d’effets de manche ni de discours déclamatoires. Du naturel, du naturel, du naturel ….

Cela dit, Mesdames et Messieurs les candidats, je vous attends ! C’est quand vous voulez …

Lundi 16, dernier délai pour les dépôts des dossiers de candidature des quatuors « titulaires et suppléants » à la préfecture.

Départementales 2015 : Interview Hélène Meunier

Voici l’interview de Hélène Meunier, candidate aux prochaines départementales du 22 mars et co-listière de Martin Delord.

Cette vidéo est mise en ligne telle quelle, sans coupures partielles. Comme à  l’accoutumée, elle a été réalisée sans préalable ni questions convenues à l’avance.

Pas de commentaires, non plus, de l’intervieweur. A vous de voir, d’écouter et de vous faire une opinion.

Départementales 2015 : Question-Réponse

Suite à la demande d’un internaute, voici les quatre derniers scrutins auxquels a participé le maire du Vigan.

Remarque préalable : les pourcentages indiqués le sont par rapport au nombre d’inscrits, histoire de se mettre dans des conditions comparables aux prochaines départementales avec les fameux 12,5 % des inscrits au premier tour pour être présent au second tour.

On ne peut que constater que les abstentionnistes tiennent souvent le haut du pavé

Départementales 2015 : un nouveau suppléant pour Martin Delord

Suite à la mise en cause de Régis Bayle sur laquelle je ne reviendrai pas, Martin Delord en plein accord avec le maire d’Arrigas, a « revu sa copie »;

Son suppléant sera donc Lionel Abassi, maître artisan (chauffagiste-thermicien); membre élu de la Chambre des Métiers du Gard, administrateur de la Caisse des Allocations Familiales du Gard, bien connu au Vigan et alentours.

En ce qui concerne le maire du Vigan, il a confirmé son maintien, hier à Nîmes, en tant que candidat soutenu par les EELV. Le nom de sa co-listière n’est pas connu pour l’instant ni l’identité des deux suppléants.

Du côté de l’UMP et du Front de Gauche, ils ont déjà été mentionnés sur le blog. Restent à connaître les noms des suppléants

En ce qui concerne le FN, pas de nouvelles.

Ce sera tout pour l’instant !

Départementales 2015 : sauter la barrière …

Nous connaissons le nombre d’inscrits pour le nouveau canton du Vigan : 19 627 (base mars 2014)

Nous savons que, pour accéder au 2 ème tour du 29 mars, un duo de candidats doit réunir les suffrages de 12,5% des inscrits

Voici un tableau pour comprendre les conséquences de ces critères à satisfaire :

A% : taux de participation

B : nombre de votants correspondant

C : nombre d’inscrits du canton

D : nombre de suffrages à réunir sur la base de 12,5%

E% : taux correspondant par rapport au nombre de votants

Exemple de lecture

Pour une participation de 55% (taux d’abstentions 45%), 10 795 citoyens ont réellement voté sur 19 627

La barre étant de 2 453 (12,5%), chaque duo doit réunir 23 % des votes émis pour accéder au 2 ème tour

Remarque : plus le taux de participation  est faible, plus le pourcentage E% est important

Si aucun duo n’atteint le taux voulu, ce sont les deux premiers qui sont automatiquement sélectionnés pour le 2 ème tour

Départementales 2015 : Communiqué

Communiqué de M. Régis BAYLE, Maire d’Arrigas.

Elections départementales des 22 et 29 mars 2015.

Il y a de cela plusieurs mois, M. Martin Delord, conseiller général du canton de Trêves et Vice-Président du Conseil Général du Gard, m’a proposé d’être son suppléant pour les élections départementales des 22 et 29 mars 2015. C’est avec plaisir que j’ai accepté de porter à ses côtés, et aux côtés d’Hélène Meunier, les couleurs de la Majorité départementale.

Aujourd’hui, des propos de déstabilisation sont lancés contre moi, visant à justifier de nouvelles candidatures à gauche. C’est pourquoi, en accord avec mes colistiers, j’ai décidé sans la moindre hésitation de retirer ma candidature, afin de permettre à Martin Delord et Hélène Meunier de réaliser le large rassemblement des forces de progrès, rassemblement qui était la raison d’être de notre candidature.

J’appelle les citoyens, qui ont été très nombreux ces derniers jours à m’exprimer leur amitié et leur confiance, à porter leurs suffrages sur la candidature de Martin Delord et Hélène Meunier.

 Arrigas, le 9 février 2015.

 Régis BAYLE.

Départementales 2015 : Episode cévenol

Ainsi s’écrit l’histoire, même quand il s’agit de la « petite histoire ».

La préparation des élections départementales du 22 mars (1 er tour) aura fait couler beaucoup d’encre. Lundi prochain 16, le jeu des dépôts de candidatures sera clos. Pour autant, les commentaires, écrits ou non, continueront de plus belle.

Puisque nous sommes dans le canton du Vigan, parlons-en.

Jeudi 5 février : fin de journée à la mairie du  Vigan. Bruissement de réunion.  Elle réunit une quinzaine d’élus de la majorité municipale et Martin Delors et Hélène Meunier, duo adoubé par le PS gardois en tant que candidats le 22 mars.

S’agit-il d’une concertation, d’une négociation ou d’une confrontation ? La question reste posée. Quant à la réponse, aux dires des un(e)s et des autres qui y participèrent, l’ambiance ne fut guère « confraternelle » surtout au début. Plus apaisée  à la fin, m’a-t-on confié.

Deux problèmes sous-jacents (au moins) furent évoqués :

- qu’allait devenir le maire du Vigan, plus vert que jamais et conseiller général sortant, puisqu’il ne resterait qu’un duo survivant entraînant du coup la disparition de sept conseillers généraux sortants dont le maire du Vigan ?

- chaque membre du duo candidat étant doté d’un suppléant, celui de Martin Delord (Régis Bayle, maire d’Arrigas) fut fort contesté au motif qu’il était « trop proche de Roland Canayer ».  On croit rêver quand on  se rappelle comment on  nous a rabattu les oreilles avec la nouvelle entente cordiale CDC-Mairie du Vigan !

Après concertation-négociation, chacun rentra chez lui pensant, qu’au moins, il n’y aurait pas de candidature dissidente du maire du Vigan le 22 mars. Oui, mais voilà !

 Vendredi 6 février  : Jean-Marie Miss (éventuellement directeur de campagne comme en mars 2014 ?) téléphone à droite et à gauche pour annoncer que le maire du Vigan avait décidé d’être candidat le 22 mars. Le pavé dans la mare … pas si inattendu et encore qu’évoqué plusieurs fois dans ce blog

Samedi matin au marché : les tam-tams cévenols résonnent à tout va; L’harmonie n’y est pas tout à  fait.

Lundi 9 février :  aujourd’hui, en tendant un peu l’oreille, vous entendrez le tam-tam nîmois … calé au pied de l’arbre aux palabres …

Je n’ai pas tout dit mais, comme on dit, il faut en garder sous le pied … A demain !

 

Départementales 2015 : 46 communes qui font un compte

Voici le tableau des 46 communes qui constituent le canton du Vigan et pour chaque commune le nombre d’électeurs inscrits (source : Ministère de l’Intérieur et Conseil Général du Gard sur la base des municipales de mars 2014)

Demain, on se penchera sur le pari à tenir pour chaque duo  (homme et femme) pour être élu ou, au moins, pouvoir se présenter au 2 ème tour : scores, pourcentages, abstentions, etc.

Une remarque en attendant la suite : les communes en jaune représentent à elles seules 11 969 inscrits sur 19 627 (ce qui ne veut pas dire que inscrit = votant !.)

Un cheveu dans le potage !

Ce matin, au marché du Vigan, les commentaires allaient bon train … Certains de ces commentaires gênés, voire désabusés, d‘élus de la majorité municipale illustraient bien une certaine incompréhension quant à la déclaration de la candidature du maire du Vigan à l’élection départementale de mars.

D’autres, moins consensuels, parlaient de « vert dans le fruit » ou de manoeuvre contre Martin Delord ! Car ce qui est en jeu c’est, pour la majorité actuelle du Conseil Général, le fait de garder la majorité … Cette nouvelle candidature, dans le droit fil de ce qui s’est passé aux dernières législatives avec la candidature du maire du Vigan qui comptabilisa 7% des exprimés, passe mal apparemment et on peut craindre deux choses :

- des dégâts collatéraux au niveau de la Communauté de communes

- un nouveau retournement au prix d’un changement de suppléance au bénéfice du maire du Vigan et d’une ultime volte face (j’ai failli écrire farce !)

Car ne l’oublions pas : pour être au second tour, il faut 12,5 % des inscrits et ça, ce n’est de la tarte !

Le PS en ordre de bataille (presque)

Cette liste des candidats PS aux départementales de mars dans le Gard a été rendue publique par Jean Donat ce vendredi.

Pas de candidats dans les cantons Alès 1, Nîmes 2, La Grand Combe et Rousson dans lesquels il y a champ libre pour les conseillers généraux sortants PC

Pas d’accord acquis pour l’instant dans les cantons de Marguerittes, Redresan et Bagnols sur Cèze

Chaque duo de titulaires est complété par deux suppléants homme et femme. En ce qui concerne le canton du Vigan, il s’agit de Nathalie Liron de L’Estréchure et de Régis Bayle (maire d’Arrigas)

Départementales 2015 : kikiva ?

Nous sommes à quelques soixante jours des élections départementales 2015.

Et décidément, ce nouveau canton, dit « du Vigan », n’est pas sans poser des problèmes. Le premier est, sans doute, à la fois, sa superficie associée au nombre de ses communes.

Le second est le fait que les deux futurs conseillers départementaux élus remplaceront les sept conseillers généraux sortants ce qui suppose des qualités de routiers pour courir de Lanuejols à Blandas et de Saint Hippolyte du Fort à Campestre Le Luc !

Sans compter les qualités d’un duo constitué d’une femme et d’un homme devant oeuvrer et servir d’un même élan, chacun avec ses sensibilités spécifiques. Et ce n’est pas tout quand on pense à la diversité composée par des « gens d’ici » et des « néos », des cévenols des vallées et des garrigues, des caussenards.

Et je ne parle pas, pour les candidat(e)s du 22 mars, de la nécessaire connaissance de ce canton dans sa diversité et de la souhaitable expérience déjà acquise dans l’exercice d’un mandat électif.

Cela dit, où en est-on à propos des candidatures pour le canton du Vigan ? Allons-y pour les certitudes, les probabilités, les supputations et autres suppositions !

 Du côté de l’UMP : l’annonce a été faite samedi 17 ; Il s’agit de Elise Viala (restauratrice à Saint Laurent le Minier) et de Hubert Norbert (ancien maire de Saint Hippolyte le Fort 2002-2008)

Du côté du PS, apparentés et alliés : l’annonce officielle devrait être faite par le président DENAT au cours de la semaine du 19 au 25 avec probablement, pour notre canton, Hélène Meunier (maire adjointe Saint Hippolyte le Fort) et Martin Delord (maire de Lanuéjols et vice-président du Conseil Général du Gard)

Du côté du PC, du Parti de Gauche ou du Front de Gauche : les choses sont encore floues . Y aura-t-il un duo de candidats et, si oui, présenté par qui ?

Du côté du FN : probable mais qui ? le FN a annoncé sa présence dans tous !es cantons du Gard.

N’oublions pas les deux suppléants qui viendront compléter chaque duo et dont la localisation et le choix joueront un certain rôle.

Départementales : leçon de choses …

Le Conseil Général est mort, vive le Conseil Départemental !

Les élections cantonales ont vécu, vivent les élections départementales !

Du coup, de Lanuéjols à Blandas et de Saint Hipolyte le Fort à Campestre Le Luc, vive le nouveau canton cévénol, le plus grand et le moins peuplé du Gard !

Le 22 mars (au plus tard le 29) un unique duo va remplacer sept et demi (!) conseillers généraux « ancienne formule » en ce qui nous concerne.

Ce duo, composé d’un homme et d’une femme (parité oblige), siègera au Conseil Départemental « nouvelle formule ». Pour compléter le tout, chaque membre du duo sera doté d’un suppléant dans le cas où …

Ce sont donc des duos qui qui vont entrer en campagne (avec leurs suppléants). Où en sont les uns et les autres en ce qui concerne la désignation des candidats dans notre canton.? Notamment, la gauche, la droite et leurs composantes ? Les « tractations » vont bon train et des accords sont déjà intervenus ou en passe de l’être.

Alors, pour en savoir un peu plus, rendez-vous demain vendredi, en fin d’après midi.

Régionales 2015 : Damien Alary veut anticiper

Depuis le 17 décembre, la carte des 13 régions françaises est entérinée. par les députés (95 voix pour, 56 contre et 11 abstentions). Le Languedoc-Roussillon fusionnera donc avec le région Midi-Pyrénées dès 2016.

Le « dernier » président du Conseil Régional Languedoc-Roussillon, après avoir combattu la fusion prévue, s »incline devant le choix du Parlement. Ce faisant, il annonce la couleur :

  • 2015 sera une étape décisive de préfiguration de l’union entre les deux régions.

  • il faut travailler (négocier en fait …) d’égal à égal, dans un respect mutuel.

  • il faut une gouvernance de préfiguration, sur le fonctionnement de l’institution et la convergence des politiques publiques et des ressources“.

Dans l’élan, Damien Alary propose :

Une Conférence des présidents, composée des présidents des exécutifs régionaux, des directeurs de cabinet, des directeurs généraux des services. Cela dans le but d’organiser l’orientation, les décisions et le suivi des projets.

Une Commission mixte des vice-présidents pour suivre les travaux concernant la préfiguration de la nouvelle Région dans la continuité des orientations définies par la conférence des Présidents.

Une Conférence mixte des présidents représentatifs de tous les groupes politiques des deux régions pour assurer la connaissance des projets de délibérations 

Une Commission de pilotage technique sous l’autorité des 2 Directeurs Généraux, pour piloter la convergence des politiques publiques et la mutualisation des ressources tout en  assurant qu’aucune mobilité géographique ne puisse être imposée.

Une Commission mixte territoriale composée des exécutifs des régions, des départements, des métropoles et des agglomérations pour travailler sur l’impact de l’union sur ces collectivités.

Tout cela, en un an, pour (entre autres) :

  • choisir le nom de cette nouvelle région,

  • le choix de la capitale régionale,

  • la répartition des pouvoirs et centres de décision entre Montpellier et Toulouse,

  • l’organisation administrative, 

  • la situation des personnels territoriaux

Départementales 2015 : Comment taire ce commentaire ?

Eccehomo à  » Laurent V … » (pourquoi ne pas annoncer la couleur ?). Votre commentaire me parait avoir sa place en page centrale. Voici qui est fait. 
Cela dit, juste quelques mots.
J’admets bien volontiers  vos  critiques d’autant qu’elles restent fort courtoises quand d’autres méprisent le débat, parfois polémique je vous le concède,  mais qui fait le charme de la démocratie participative …. Enfin, je « vogue » quelque peu à propos des départementales entre les certitudes des uns, des confidences « off » des autres, des scoops-intox, des déductions savantes des troisièmes. Tout le drame d’un chroniqueur indépendant (bénévole pour rester libre) qui attend, avec impatience, que revienne Madame Olga !!!
A  bientôt et merci pour votre participation.
« Bonjour André-Charles…Je trouve que « vos supputations » sont bien floues, incom-plètes et prématurées. J’attends mieux de vous et avec des sources fiables dans le jours à venir. Allez un effort pour nous informer au mieux!
1- Ne pas perdre de vue que ce nouveau canton ce n’est pas le « Pays Viganais ». Dans les noms cités il n’y a que des élus viganais ou proche du territoire viganais. Or ce nouveau canton c’est une bonne partie de l’arrondissement mais pas que…c’est le Viganais, l’Aigoual, le Causse Noir, la Vallée Borgne, la plaine cigaloise.
2- Il faut élire un binôme Homme/Femme qui doit être représentatif de l’ensemble de ce grand territoire. Par exemple : il est évident que le Maire du Vigan, si il veut avoir une chance d’être élu, ne doit pas pour des raisons stratégiques évidentes faire équipe avec une femme du Pays Viganais. Le poids de la représentation géographique sera déterminant.
Il faut aussi que ce binôme « rassemble » …plus qu’il ne divise. Or dans les noms de gauche cités…enfin bref…passons au 3…
3- L’un des élus cités, au moins, ne repartira pas dans ce scrutin…ce n’est une surprise pour personne lorsqu’on le connait et lorsqu’on connait le travail de fond remarquable qu’il fait pas ailleurs.
4 – Quid des Menviel, Maurin, Pons, Toulouse et surtout …Allary !!!
Pour vous ils n’auront pas leur place dans cette élection ?
Allary ne serait pas candidat…? Il ne lui faut donc pas un autre mandat ? Pourtant, rien ne dit qu’il sera le Président de la Grande Région « Sud de France » (MiPy + LR) en octobre 2015…
D’ailleurs je ne sais pas qui est le « ON » du PS (vous ne le citez pas) qui vous a dit que le canton était ouvert mais selon moi il est bien fermé et bouclé depuis sa création même ! Ce n’est tout de même pas pour rien que Saint Hippolyte et Pompignan sont là…
Il est vrai aussi que vous oubliez vite les femmes politiques de ce canton…Il en faudra nécessairement une dans le binôme, c’est la Loi ! Cherches donc un peu les candidates…
5- Vous êtes sérieux lorsque vous écrivez qu’à droite rien n’est réglé ?
Pour une des places dans le binôme c’est réglé depuis fort longtemps. Il n’y a sur ce territoire qu’un seul élu départemental de droite. Il a donc toute la légitimité pour être candidat. Et force est de constater qu’il a obtenu, seul, une vraie et belle victoire pour son camp il y a 6 ans. En tout cas si la droite veut gagner elle doit s’appuyer sur un ou deux élus locaux représentatifs et investis dans ce territoire. Sinon…
5- Le poids de la gauche… Il n’existe pas selon vous ?
De Valleraugue à Lasalle en passant par le Vigan et la Vallée Borgne, le Front de Gauche a réalisé des scores qui se situent entre 15 et 25% aux dernières Présidentielles. Son appui est déterminant.
Reste à savoir qu’elle stratégie elle adoptera pour ce scrutin. Alliance avec un PS ou un Vert dès le 1er tour ?  autre solution ?
6 – Quand à l’extrême droite (FN je suppose) …c’est comme d’hab ils mettront un binôme de Bagnols ou de Beaucaire, jamais vu, jamais connu…Mais au final des électeurs s’égareront à voter pour des fantômes. »

Départementales 2015

Agrandir

Le 16 décembre dernier, les conseillers généraux gardois  ont voté la réforme de la carte électorale  et, sans plus tarder, le Conseil d’État a validé le  découpage à 23 cantons au lieu de 46. Ce sera donc effectif  pour les prochaines élections départementales en mars 2015.

Les nouveaux conseillers départementaux seront 46 à raison de deux par territoire, un homme et une femme au nom de la parité.

C’est peu dire que le nouveau canton « viganais » se distingue : c’est le plus grand et le moins peuplé. Toutefois, 46 communes ! un vrai marathon pour les candidats de mars 2015;

Quelques sont les supputations en ce concerne justement ces futurs candidats ?

du côté de  la gauche, qui ira au charbon ? Roland  Canayer, Martin Delord, Eric Doulcier, un quatrième ? Au PS, on dit que le canton est « ouvert » … quoique les stratégies politiciennes pourraient l’emporter sur toutes autres considérations. La crainte de perdre le contrôle du nouveau conseil départemental est présente. Donc, il ne faut pas perdre ce canton « pur jus cévenol » et sélectionner le plus expérimenté, le plus pugnace, le plus connu, le plus …, le plus … enfin le moins contestable pour ne pas être une machine à perdre !

du côté de la droite, on donnait partant Thomas Vidal, nouveau maire de Valleraugue et conseiller sortant, mais il paraît que rien n’est décidé

du côté de l’extrême droite, pas de nouvelles

Disons que début janvier, on saura sur quel « cheval » miser !

Les régions : nouvelle carte 7 juillet

Le Sénat ne l’avait ni modifiée, ni amendée, mais purement et simplement rejetée. Les députés ont donc profité du champ laissé libre par les sénateurs, pourtant représentants des collectivités locales.

Résultat : quatre jours après le vote de la Haute assemblée, une nouvelle carte des régions est en débat au Palais Bourbon dans le cadre de l’examen de la réforme territoriale.

Source LPL

Réforme territoriale 19 juin

 Le Conseil des ministres a entériné les deux projets de loi de la réforme territoriale.Les deux nouveaux piliers de l’organisation territoriale française seront les régions et les intercommunalités. Les premières passent de 22 à 14 et deviennent les responsables du développement économique sur les territoires en récupérant les compétences des départements, ces derniers étant appelés à disparaître « à l’horizon 2020« .Les intercommunalités (regroupements de communes) récupéreront quant à elles les compétences sociales du département. Elles seront agrandies (regroupant au minimum 20.000 habitants vs 5.000 à l’heure actuelle) et encouragées — financièrement — par l’Etat(dotation bonifiée).Mais les menaces existent : l’Association des départements de France (ADF) – qui tient son AG le 25 juin – s’organise pour résister, les sénateurs (PS en tête) traînent des pieds, et les dérogations prévues par le textes sont (avant même les amendements) multiples. Et puis la loi stipule que « les agents de la fonction publique (territoriale) seront étroitement associés à la réforme, et toutes les garanties statutaires leur seront apportées« .

La France concentre 41% du nombre total des collectivités locales répertoriées dans l’UE (28 pays) …

La Région : ils sont contre !

Les élus régionaux du Languedoc-Roussillon ont validé, à la quasi-unanimité (65 voix pour, moins une abstention et une voix contre), le texte rejetant le projet de fusion avec Midi-Pyrénées, réaffirmant leur volonté de préserver le périmètre actuel de leur région.

Lors d’une session extraordinaire aux débats particulièrement vifs, durant trois heures, les conseillers régionaux ont, tour à tour, critiqué la méthode du gouvernement, manifesté leurs craintes que le Languedoc-Roussillon soit vidé d’une partie de sa vitalité économique ou ont mis en doute la complémentarité des deux territoires.

Réforme territoriale : projet de loi

Voici en ligne le projet de loi sur les compétences qui sera présenté en Conseil des ministres le 18 juin et qui prévoit notamment :

- le transfert des routes et des collèges des départements aux régions,

- la nouvelle organisation territoriale de la République,

- l’instauration d’un seuil minimal de 20 000 habitants pour les intercommunalités (page 53 et suivantes)

 projet territorial juin 2014

 NDLR : se servir de l’icône « index » en haut à droite pour aller directement à la page 53.

Découpage des cantons du Gard 2015

Le décret entérinant le nouveau découpage cantonal du département du Gard a été publié au Journal Officiel de ce jour.

Le texte correspond à celui validé par l’assemblée départementale et tient compte d’une motion adressée par cette même assemblée.

Lors du prochain renouvellement des conseillers généraux en 2015, le Gard comptera 23 cantons contre 46 actuellement. Deux conseillers généraux, désormais dénommés conseillers départementaux, seront élus dans chaque canton (un homme et une femme).

 Décret « délimitation des cantons du Gard »

En marge des municipales, les européennes

Les élections européennes de 2014 auront lieu entre le 22 et le 25 mai selon les pays, et le dimanche 25 mai 2014 en France  … et on n’en parle guère.

Les élections européennes de juin 2009 avaient permis aux citoyens de l’Union résidant en France de choisir 72 députés représentant la France au Parlement européen entre 2009 et 2014. Le vote s’est déroulé à la proportionnelle dans le cadre de circonscriptions groupant plusieurs régions. Ce cadre sera sans doute conservé en 2014. Le traité de Lisbonne, ratifié en novembre 2009, prévoit deux députés de plus pour la France.

Les sièges à pourvoir seront répartis entre les circonscriptions inter-régionales suivantes :

L’élection a lieu au scrutin de liste à la représentation proportionnelle, suivant la règle de la plus forte moyenne.

Le nouveau canton du Vigan

Vendredi après-midi, le préfet du Gard, Hugues Bousiges, qui quitte ses fonctions, a présenté le projet de la nouvelle carte cantonale du département qui passe de 46 à 23 cantons. Pendant six semaines, les conseillers généraux du Gard pourront débattre de cette nouvelle carte avant que leur soit demandé si ce projet est approuvé ou non. Les élus donneront un avis consultatif sur cette nouvelle carte cantonale le 16 décembre.

Agrandir

L’appellation « chef-lieu de canton » sera remplacée par le terme « bureau centralisateur » et les cantons sont désignés en fonction du nom de la commune la plus peuplée.

Le nouveau canton du Vigan sera le plus vaste du département puisqu’il ira de Lanuejols à Pompignan

Autant dire que la confirmation de l’intégration dans le nouveau canton de Pompignan … et  St Hippolyte du Fort pèsera lourd dans la balance !

Réaction D. Alary PS

Réaction L.Burgoa UMP

Canton se pose des questions …

Le Midi Libre, dans son édition de samedi dernier, consacre un article à l’interview du Président du Conseil Général du Gard.

dont extrait qui a interpellé quelques internautes, fidèles lecteurs du blog. Qu’est-ce à dire ? Le nouveau canton dit, jusqu’à présent ,  » du Vigan » a été significativement agrandi ( voir carte ci-dessous) du moins dans l’esprit de certains en raison de son statut de sous-préfecture (pour combien de temps …?) et, pour mémoire, Le Vigan et Saint Hippolyte du Fort étant, par ailleurs, chefs-lieux de canton. Dont acte.

Alors forcément, la rédaction de la question laisse à penser que, dans le nouveau canton « agrandi », le chef-lieu sera Saint Hippolyte devenu « le Fort », limitrophe de Pompignan. C’est du moins ce que pensent certaines mauvaises langues qui y voient la poursuite de la déchéance du Vigan qui « voterait mal ». A coup sûr, une analyse sotte et grenue de la situation et du désamour supposé du Conseil Général pour Le Vigan en Dévennes !

Faut dire que nos responsables politiques (pas tous heureusement) sont plutôt du genre « taiseux » et n’hésitent pas à trahir leurs promesses d’entretien sur des sujets d’actualité locale. Ainsi en va-t-il quand un politique se fait politicien.

ien

 

 

A propos de de l’Association des Maires

COMMUNES Plus qu’une assemblée générale, un congrès de transition pour les 353 maires du Gard

“Vous êtes les veines et artères dans lesquelles circule le sang de la République. Après les élections de 2014 qui vont  se traduire par un changement de génération si j’en crois le nombre d’entre vous qui ne se représentera pas, je propose de créer en préfecture, un Conseil des anciens maires. Ils seraient là pour nous conseiller, nous guider, éclairer nos décisions… A mes yeux, ce serait dommage de nous priver de l’expérience, du savoir et du savoir-faire des anciens élus. Avec le soutien des parlementaires, ce conseil pourrait d’ailleurs être généralisé”.

C’est en ces termes que le préfet du Gard, Hugues Bousiges, a rendu hommage à la disponibilité et au dévouement des 353 maires du Gard, dont un tiers environ était réuni ce samedi à Caveirac, pour l’assemblée générale de l’association des maires du département, présidée par Pilar Chaleyssin, maire d’Aubais.

 

INTERCOMMUNALITE ET REDECOUPAGE CANTONAL

A la faveur de ces travaux partagés par Françoise Dumas et Fabrice Verdier, tous deux députés du Gard, auxquels s’étaient joints plusieurs élus régionaux et généraux ainsi que les sous-préfets d’Alès et du Vigan, le représentant de l’Etat qui n’a qu’à se féliciter, d’une façon générale, des rapports courtois, loyaux et confiants qu’il entretient avec les édiles, a attiré l’attention des participants sur les modifications du paysage institutionnel gardois qu’allait entraîner l’acte III de la décentralisation. “Des textes importants ont été adoptés ou sont sur le point de l’être, à commencer par l’élection des délégués communautaires qui interviendra avec les prochaines municipales. Il y a là une révolution importante. Il ne s’agira pas seulement de mettre ensemble des territoires et des élus, mais de réfléchir à une vision de l’avenir des territoires que nos concitoyens sont en droit d’attendre”, a commenté Hugues Bousiges. Toujours au niveau des modifications du panorama politique, on ne saurait oublier le redécoupage des cantons, dont une première mouture sera prochainement présentée aux collectivités. Rappelons que pour le Gard, le nombre de cantons passera de 46 à 23, avec des populations comprises entre 24 000 et 36 000 habitants pour chacun d’entre eux. On imagine, dès lors, la difficulté de l’exercice lorsque l’on sait que l’arrondissement du Vigan compte aujourd’hui 35 000 habitants… pour 6 cantons ! Bonjour les calculettes et les crises de nerfs

Source Obj Gard

Les cantonales 2015 : la nouvelle loi

Le Parlement a adopté définitivement la réforme des modes de scrutin locaux, qui instaure l’élection dans chaque canton d’un binôme homme-femme.

La moitié des 4 000 cantons de France va être supprimée et la carte de tous les départements de France va être redécoupée, en dehors des limites des circonscriptions électorales.

A la place des conseillers généraux,  les Français vont bientôt découvrir  un « binôme », composé d’un homme et d’une femme, élus ensemble dans des cantons géants mais « exerçant indépendamment leur mandat ». Que se passera-t-il lorsqu’un un maire viendra voir l’un des deux élus du canton pour une demande de subvention et essuiera un refus ? Il ira voir le second élu et sera peut-être mieux reçu…

A travers ce redécoupage qui se fera sur des bases démographiques, la majorité des conseillers départementaux  viendra des zones urbaines. 

- Tout d’abord, les départements sont les derniers garants des solidarités entre les populations et entre les territoires. A ce titre, les Conseils Généraux sont les acteurs majeurs de l’aménagement des territoires. Si les élus proviennent des seules agglomérations, la tentation sera grande de mener une politique centrée sur les aires urbaines. Les routes secondaires, les collèges ruraux, l’aménagement numérique des campagnes risquent d’en faire les frais et le sentiment d’abandon des zones rurales et de la « France périphérique » ne fera que croître.

- La seconde erreur profonde de cette prime aux agglomérations, c’est qu’elle intervient au moment même où celles-ci récupèrent les compétences départementales sur leur territoire. Cela a été le cas à Lyon et la réforme de la décentralisation annoncée par le Gouvernement, qui renvoie la question des solidarités territoriales aux calendes grecques, ne fera qu’accélérer ce phénomène. En conséquence, les départements n’exerceront plus leurs compétences que hors agglomérations. Comment justifier alors que la majorité de leurs représentants soient des élus urbains ?

Qui assurera demain la péréquation territoriale ? Qui assurera le nécessaire équilibre entre villes et campagnes ? Le Gouvernement, uniquement préoccupé par sa volonté de favoriser le Parti socialiste aux prochaines élections, se garde bien de répondre à ces questions fondamentales pour tous ceux qui sont attachés à la juste représentation des territoires de notre pays.

Du fait de son caractère institutionnel et complexe, cette réforme a peu fait parler d’elle. Pourtant, ses conséquences seront funestes. Elle témoigne du cynisme d’un parti qui à peine 11 mois après son arrivée au pouvoir, envisage de modifier les modes de scrutins de toutes les élections pour son seul profit. D’un parti qui est en en train de fonder l’avenir de notre grand et beau pays sur le seul fait urbain.

La réforme est désormais votée mais je reste convaincu que les électeurs, lorsqu’ils auront réalisé l’ampleur de ce qui est en jeu, enverront un signal clair aux élus socialistes. Car le Gouvernement a oublié une chose : il aura beau supprimer tous les cantons ruraux de France, il ne fera jamais taire leurs électeurs.

« Cantonales » 2015 le 24/02

L’opposition critique la réorganisation des élections cantonales.

C’est avec 46 voix d’avance que la majorité a adopté l’article 2 du projet de loi porté par Manuel Valls. A partir de 2015, on ne parlera plus d’élections cantonales mais d’élections départementales. Les électeurs éliront un binôme paritaire.

 

Le scrutin binominal paritaire adopté pour les… par LCP

« Ralliement »

La Communauté de communes   »Causses Aigoual Cévennes » s’est agrandie depuis le 1er janvier puisque les communes de Soudorgues et Lasalle se joignent à ladite communauté qui comptera désormais 5700 habitants pour 16 communes.

Martin Delord, maire de Lanuéjols et conseiller général du canton de Trèves a été élu président avec pour vice-présidents les maires de Valleraugue, N.D. de la Rouvière, Saumane, les Plantiers, Lasalle et Thomas Vidal, lui-même conseiller général de Valleraugue.

Le nouveau canton, tel que prévu selon la nouvelle loi (en cours d’adoption par l’Assemblée Nationale), devrait intégrer cette communauté dans sa nouvelle composition notamment en ce qui concerne Lasalle.

Cantonales 6 : nomination d’un préfet de la République

Le scrutin paritaire aux élections cantonales, principale mesure du projet de loi électoral du ministre de l’Intérieur, a été retoqué au Sénat il y a dix jours.

Ce texte stipule un changement radical pour le mode d’élection des conseillers généraux en prévoyant l’élection d’un binôme homme-femme dans chaque canton et  le report d’une année du prochain scrutin cantonal, en 2015 plutôt qu’en 2014. Mais le projet de loi prévoit également le délicat et hautement stratégique redécoupage des cantons.

C’est donc à son proche conseiller Yves Colmou, ancien chef de cabinet de Michel Rocard à Matignon et ancien conseiller de Lionel Jospin, que le patron de la Place Beauvau vient de confier la tâche de vérifier  cette nouvelle partition du territoire des départements.

Cette mission sera pour Yves Colmou la première qu’il réalisera en tant que Préfet de la République, poste auquel il vient d’être nommé.

Pour donner, le 16 janvier dernier, le rang de préfets à deux membres de cabinet ministériel – Yves Colmou donc, et Pierre Besnard, chef de cabinet de François Hollande à l’Élysée – le Conseil des Ministres a en effet d’abord retiré ces titres à deux personnalités choisies par la droite juste avant mai 2012. Notons que cette procédure est rarissime.

Cantonales 5 : Et alors ?

2015 … la course sera longue et à la mesure des ambitions. Encore une fois, pourquoi s’en préoccuper  dès maintenant ?

Tout simplement parce que l’essentiel, du contexte et des règles qui présideront à  ces élections, sera en place logiquement dans les toutes prochaines semaines.

Dès lors, les un(e)s et les autres, quoiqu’ils en disent, au delà même de 2014, auront un oeil pointé sur 2015 et le renouvellement du Conseil général devenu   »Conseil Départemental » composé d’une moitié seulement d’élus par rapport à aujourd’hui.

Imaginez l’angoisse de tous nos chers futurs disparus ! On commence à comprendre l’importance de 2014 avec ses municipales, ses communautaires et ses sénatoriales.

Les grandes manoeuvres ont déjà commencé même si elles sont encore parfois un peu discrètes. Tenez, par exemple, les  » SCoT » ça vous dit quelque chose? Patience, nous y consacrerons un chapitre dans peu de temps. Et puis, ces regroupements de communautés de communes, la création de communautés d’agglomérations ici ou là, etc

Rassurez-vous le « j’étais quelqu’un, je suis devenu quelque chose » n’est pas à l’ordre du jour !

A bientôt pour « Cantonales 6″ et, à demain, pour « Municipales et communautaires -2″

Cantonales 4 : Supputations

Le Sénat a rejeté, le 18 janvier 2013, par 166 voix contre 142, le projet de loi ordinaire modifiant les modes de scrutins locaux et le calendrier électoral, présenté par le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls. Il a en revanche adopté le projet de loi organique sur ces scrutins. Le texte retourne à l’Assemblée nationale, qui devrait l’approuver, avant de revenir au Sénat pour une deuxième lecture.

Le projet de loi ordinaire prévoit notamment l’instauration d’un scrutin binominal mixte pour les élections départementales prévues en mars 2015 (un homme-une femme élus solidairement, mais indépendants dans l’exercice de leur mandat, dont la durée est maintenue à six ans)

.

Nous savons que le nouveau mode de scrutin entraînera un redécoupage des cantons, dont le nombre sera divisé par deux (de 3 971 à 1 959 cantons pour la France).

Trêves 955 habitants Martin Delord

Alzon 946 habitants Laurent Pons

Le Vigan 8538 habitants Eric Doulcier

Valleraugue 2117 habitants Thomas Vidal

Saint André de Valborgne 1180 habitants Francis Maurel

Sumène 2757 habitants William Toulouse

Lasalle 3157 habitants Rémy Menviel

Saint Hippolyte du Fort 5234 habitants Damien Alary

Pour ce qui nous concerne, un seul canton regroupera donc tous ceux-ci aujourd’hui existants. La seule réserve concerne Lassalle dont le rattachement n’est pas encore, semble-t-il, acquis.Quoiqu’il en soit, le point essentiel c’est l’intégration du canton de Saint Hippolyte du Fort. En effet,  il est plus que  vraisemblable, dans ces conditions, que c’est Damien Alary qui se présentera pour le compte (au moins) du PS, « effaçant » du même coup tous les autres conseillers sortants appartenant à la même mouvance. Il lui restera à trouver (?) la candidate qui complétera le binôme PS et je pronostique plutôt quelqu’un du Vigan ou d’une commune attenante.

Thomas Vidal (classé UMP), conseiller sortant de Valleraugue,  tentera-t-il sa chance d’être réélu, battant ainsi Damien Alary ?

La même question se pose pour Eric Doulcier ( classé EELV) qui, logiquement,   »choisirait », pour compléter son binôme, une femme du secteur de Saint Hippolyte le Fort.

Restent le Front de Gauche, l’UDI et le FN … Savoire qui entrera dans la « danse » ?

Alors, me direz-vous, pourquoi jouer les Pythonisse si tôt, à deux ans des élections cantonales ?

Eh bien, parce que !

Et nous verrons cela lundi dans « cantonales 5″.

Cantonales 3 : Découpage 2015

A ce jour , notre secteur est très morcelé et comporte notamment les cantons suivants :

Trêves 955 habitants Martin Delord

Alzon 946 habitants Laurent Pons

Le Vigan 8538 habitants Eric Doulcier

Valleraugue 2117 habitants Thomas Vidal

Saint André de Valborgne 1180 habitants Francis Maurel

Sumène 2757 habitants William Toulouse

Lasalle 3157 habitants Rémy Menviel

Saint Hippolyte du Fort 5234 habitants Damien Alary

En bleu, les conseillers à ce jour

Le nouveau canton correspondra à la fusion de tout ou partie de tous ces cantons.. La règle est la suivante : « le territoire de chaque canton doit être continu, toute commune de moins de 3.500 habitants doit être incluse dans un seul canton, et la population d’un canton ne peut s’écarter de la population moyenne des cantons du département que de plus ou moins 20%. » (sous réserve de l’adoption définitive de la loi)

En l’état, le nouveau canton comportera tous les anciens ci-dessus y compris Saint Hippolyte du Fort (l’intégration de Lassalle restant encore incertaine à ce jour).

Sans Lassalle, la population totale sera composée de 20 553, avec Lassalle de 23 710.

Pour aujourd’hui, rappelons simplement que, pour ce nouveau canton, un « binôme homme-femme » sera élu savoir deux conseillers généraux pour sept ou huit actuellement !

A demain pour les conséquences ….. dans « cantonales 4« .

Cantonales 2 : la parité

Le projet de loi concernant les cantonales de 2015 est actuellement en cours de discussion au Parlement (Assemblée et Sénat).

Le Sénat a rejeté jeudi soir par 164 voix contre 144 le scrutin paritaire pour les cantonales, mesure phare d’un projet de loi électoral du ministre de l’Intérieur, Manuel Valls.

Ce mode d’élection, décrit comme unique au monde et prévu par l’article 2 du projet de loi, stipule l’élection au scrutin majoritaire d’un binôme homme-femme de conseillers généraux dans chaque canton.

L’UMP et la majorité des centristes ont voté contre. Les écologistes et les communistes se sont abstenus ainsi que quelques centristes.Cette « majorité contre  » a jugé que la modification défavorisait les territoires ruraux.

Seuls, le PS et le RDSE (à majorité radicaux de gauche) l’ont approuvé.

Les sénateurs après le vote, ont poursuivi l’examen du projet de loi qui prévoit également l’élection directe des conseillers communautaires dans les intercommunalités et l’abaissement du seuil de présentation de listes pour les élections municipales, à 1 000 habitants contre 3 500  actuellement.

Mais bien que le sénat ait retoqué ce qui concerne notamment le principe de parité, le texte va revenir devant l’Assemblée et c’est elle qui aura le dernier mot …

Résumons-nous.

Les partis politiques présenteraient un »binôme » de candidats homme-femme dans chaque canton. C’est en tout cas c’est ce que propose le Gouvernement après accord du Conseil des Ministres.  Figure également dans le projet de réforme des élections cantonales un redécoupage des cantons. Ces mesures « définissent un nouveau mode de scrutin pour les conseillers généraux, qui s’appelleraient désormais conseillers départementaux ».

Cette initiative annulerait définitivement la réforme des conseillers territoriaux votée sous Nicolas Sarkozy. « Lors du prochain renouvellement général, deux conseillers départementaux seront élus dans chaque canton, au scrutin majoritaire à deux tours ».

D’autre part, les élections régionales reportées un temps en 2015 ont été finalement maintenues en 2014 qui compte déjà les élections municipales, européennes et sénatoriales.

Il est probable que le principe de  parité devrait être adopté au final par l’Assemblée … mais ne perdons pas de vue le « redécoupage des cantons ».

Ce sera le sujet de « cantonales 3″

Cantonales 1 :Si loin et déjà dans les « tuyaux » !

Dans son blog perso, Eric Doulcier reproduisait au début du mois un article de presse

qui est une excellente occasion de me lancer dans la prospective politicienne et essayer d’anticiper les conséquences des enjeux tels qu’ils se présentent. Pour commencer un petit rappel sous forme de carte et de liste.

D’ici la fin de la semaine, je fais le point, j’hypothèse, je subodore, j’imagine, je fantasme … pour tout dire je vous dis tout ce que je sais …et plus !