Les présidentiables

  • Nathalie Arthaud, 47 ans Candidate de Lutte ouvrière (0,56 % en 2012), professeur d’économie et de gestion. Elle revendique l’héritage d’Arlette Laguiller, qu’elle a remplacée en décembre 2008 comme porte-parole de Lutte ouvrière.
  • François Asselineau, 59 ans Enarque, ancien inspecteur général des Finances. Souverainiste et europhobe, il se présente sous les couleurs de l’Union populaire républicaine, un parti qu’il a créé en 2007.
  • Jacques Cheminade, 75 ans Enarque, ancien fonctionnaire. Après avoir recueilli 0,25 % au premier tour en 2012, il est à nouveau candidat « contre le sérail politique qui a pactisé avec l’empire de l’argent ». 
  •  Nicolas Dupont-Aignan, 56 ans Président de Debout la France (1,79 % en 2012). Souverainiste, se voulant une alternative au choix Fillon-Le Pen, il plaide pour un « réveil » des Français. 
  •  François Fillon, 63 ans Ex-Premier ministre, député LR de Paris. Large vainqueur de la primaire de la droite mais affaibli par le scandale des emplois présumés fictifs de sa famille, il défend un programme qu’il veut « radical » dans les domaines économique et social. 
  •  Benoît Hamon, 49 ans Ancien ministre de l’Education nationale, député des Yvelines (PS). Il s’est imposé le 29 janvier au second tour de la primaire organisée par le Parti socialiste avec un programme résolument à gauche, face à l’ex-Premier ministre Manuel Valls. 
  •  Lean Lassalle, 61 ans Député centriste des Pyrénées-Atlantiques, maire d’un village de la vallée d’Aspe, Lourdios-Ichère. Il se présente comme un « berger à l’Elysée », dénonce « l’oppression financière » et veut donner plus de pouvoir aux communes.
  •  Marine Le Pen, 48 ans Présidente du Front national, eurodéputée. A la tête du FN depuis 2011, elle a déjà obtenu 17,9% des voix lors de sa première candidature à la présidentielle en 2012.
  • Emmanuel Macron, 39 ans Ex-ministre de l’Economie de François Hollande. Inconnu du public jusqu’à son entrée au gouvernement en 2014, il s’est lancé fin août dans la course à l’Elysée à la tête de son mouvement « En Marche! », qu’il veut ni de gauche ni de droite.
  • Jean-Luc Mélenchon, 65 ans Ancien ministre, cofondateur du Parti de gauche. Déjà candidat en 2012 (11,1 %), il se présente cette fois « hors parti » et se veut le candidat de la « France insoumise », avec le soutien du PC
  • Philippe Poutou, 50 ans Déjà candidat pour le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) en 2012 (1,15 %), cet ouvrier s’est fait connaître par son combat à la CGT pour la sauvegarde des emplois dans son usine Ford de Blanquefort (Gironde).