Départementales 2015 : Episode cévenol

Ainsi s’écrit l’histoire, même quand il s’agit de la « petite histoire ».

La préparation des élections départementales du 22 mars (1 er tour) aura fait couler beaucoup d’encre. Lundi prochain 16, le jeu des dépôts de candidatures sera clos. Pour autant, les commentaires, écrits ou non, continueront de plus belle.

Puisque nous sommes dans le canton du Vigan, parlons-en.

Jeudi 5 février : fin de journée à la mairie du  Vigan. Bruissement de réunion.  Elle réunit une quinzaine d’élus de la majorité municipale et Martin Delors et Hélène Meunier, duo adoubé par le PS gardois en tant que candidats le 22 mars.

S’agit-il d’une concertation, d’une négociation ou d’une confrontation ? La question reste posée. Quant à la réponse, aux dires des un(e)s et des autres qui y participèrent, l’ambiance ne fut guère « confraternelle » surtout au début. Plus apaisée  à la fin, m’a-t-on confié.

Deux problèmes sous-jacents (au moins) furent évoqués :

- qu’allait devenir le maire du Vigan, plus vert que jamais et conseiller général sortant, puisqu’il ne resterait qu’un duo survivant entraînant du coup la disparition de sept conseillers généraux sortants dont le maire du Vigan ?

- chaque membre du duo candidat étant doté d’un suppléant, celui de Martin Delord (Régis Bayle, maire d’Arrigas) fut fort contesté au motif qu’il était « trop proche de Roland Canayer ».  On croit rêver quand on  se rappelle comment on  nous a rabattu les oreilles avec la nouvelle entente cordiale CDC-Mairie du Vigan !

Après concertation-négociation, chacun rentra chez lui pensant, qu’au moins, il n’y aurait pas de candidature dissidente du maire du Vigan le 22 mars. Oui, mais voilà !

 Vendredi 6 février  : Jean-Marie Miss (éventuellement directeur de campagne comme en mars 2014 ?) téléphone à droite et à gauche pour annoncer que le maire du Vigan avait décidé d’être candidat le 22 mars. Le pavé dans la mare … pas si inattendu et encore qu’évoqué plusieurs fois dans ce blog

Samedi matin au marché : les tam-tams cévenols résonnent à tout va; L’harmonie n’y est pas tout à  fait.

Lundi 9 février :  aujourd’hui, en tendant un peu l’oreille, vous entendrez le tam-tam nîmois … calé au pied de l’arbre aux palabres …

Je n’ai pas tout dit mais, comme on dit, il faut en garder sous le pied … A demain !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>