Le problème de Tessan

A la suite des fortes pluies orageuses de la semaine du 15 au 20 septembre, le terrain dit de Tessan a été inondé. Ce terrain est le long de l’Arre (rivière) et est occupé par une communauté de gens du voyage sédentairisés. Ils se sont donc réfugiés sur le terrain servant de parking et situé juste au dessus.

Ce terrain occupé depuis 1992 pose un problème de droit depuis des années, non résolu à ce jour. Il n’en reste pas moins vrai que la proximité immédiate de la rivière est une menace permanente en cas de crue.

Je remercie Mesdames Anne Westermann (membre de la communauté) et Véronique Brinon (membre du collectif de  soutien solidaire) d’avoir bien voulu exposer leur point de vue avec pondération.

Il va de soi que la Mairie du Vigan a un droit de réponse et d’information acquis sur le blog. Ma caméra et moi même sommes tout disposés à répondre à leur demande.

4 réflexions au sujet de « Le problème de Tessan »

  1. Entièrement d’accord avec vous sur la notion de risques, et plutôt bien vu quant à vos estimations de nos âges respectifs… lol…
    Par contre, je vous cite:
    « une entreprise qui a une visibilité à 100 ans aujourd’hui ça n’existe plus seules restent les crues centenaires »
    Drôle de prose que j’ai du mal à comprendre, la crue centenaire peut arriver demain matin…et quel rapport avec une visibilité à 100 ans ! d’une entreprise???
    Ou une visibilité d’une entreprise à deux ans exclue tout risque de dommage centenaire?
    J’ai juste voulu signaler que cet épisode cévenol aurait pu durer plus longtemps et engendrer des dégâts majeurs.
    D’accord avec vous pour que les entreprises redémarrent au plus vite et figurez vous que je les y aide…

    Reprenant votre phrase:
    » j’ai connu le pont du Coularou quand il y avait le passage total de l’eau sous le pont soit une hauteur beaucoup plus importante avant son busage et avant son bétonnage si ça avait été comme ça il y aurait rien eu »
    J’avoue ne rien comprendre à votre phrase, l’eau passait SUR le pont … la suite est un peu incompréhensible

    Je peux donc moi aussi taquiner le sophisme, l’alittérature, employer de savants termes pour ma foi ne pas dire grand chose, et antinomiquement (J’ai adoré, c’est si dur à placer) nos amis de Colombi ne sont ils pas de bons citoyens?

    PS: Je suis entrepreneur et vous?

  2. C’est là le débat, si le papi avait 20 ans quand ça c’est produit et que lorsque vous l’avez rencontré vous aviez 20 ans. Supposons qu’il vous a raconté ça à l’age de 80 ans soit 60 ans après et que maintenant vous ayez …..allez 50 ans? si je me trompe pas on est sur un événement qui a grosso modo 90 ans. une entreprise qui a une visibilité à 100 ans aujourd’hui ça n’existe plus seules restent les crues centenaires.
    Si vous m’aviez dit  » j’ai connu le pont du Coularou quand il y avait le passage total de l’eau sous le pont soit une hauteur beaucoup plus importante avant son busage et avant son bétonnage si ça avait été comme ça il y aurait rien eu » là je vous aurait trouvé meilleur en appréciation du risque .
    Les entreprises doivent rester là et savoir qu’il y a toujours un risque, que le risque est le lot quotidien de l’entrepreneur risque quand il embauche, risque de se blesser risque d’aller perdre aux prud’homme risque de voir son marché chuter et de faire faillite, bref l’entreprise est cernée de risques liés à son existence même y compris les risques naturels.
    Par nature l’entrepreneur aime le risque et même je pense que c’est son carburant .
    Et en conclusion oui il faut reconstruire au même endroit et sans tarder se remettre au travail!
    Quand à ceux qui font débat ici les gens du voyage antinomiquement appelés sédentarisés pourquoi faudrait il leur offrir un camping 10 étoiles alors qu’ils montrent au quotidien qu’ils se complaisent dans bien moins….

  3. Et il y a urgence !
    Un super papi cévenol, hélas aujourd’hui décédé, nous racontait toujours qu’il avait vu de ses propres yeux le Coularou passer par DESSUS le pont Saint Nicolas… soit deux bons mètres de plus que la dernière crue !
    Les habitants des caravanes feraient bien de se mettre au surf de toute urgence… c’est de l’humour noir bien entendu…pas du meilleur effet je vous l’accorde
    Je vous laisse aussi imaginer la suite plus bas de Lidl à Weldom, de Well au quartier des Arennes sans oublier les maisons construite dans le lit secondaire de la rivière.
    Et, est il raisonnable de reconstruire les entreprises détruites au même endroit?
    Avec au passage toute mon amitié pour ces entrepreneurs et leurs salariés qui doivent vivre de durs moments.

  4. un des plus gros scandales du Canton qui dure et perdure… face à une incurie des diverses « autorités » responsables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>