Inondations : la mesure du risque

On se souvient des inondations qui ont causé d’énormes dégâts dans des villes comme Nîmes, Aramon ou Vaison la Romaine. Dans les milieux urbains, certains quartiers sont plus exposés que d’autres et l’on nomme souvent les plus menacés en cas d’inondation, « zones noires« ; Le Vigan n’échappe pas à cette situation dont voici un exemple : une rue bien connue qui longe l’Arre près du « Vieux Pont » :Un plan d’évaluation ds risques (rapport préfectoral) paru en 1998 décrit la situation locale et mentionne notamment les hauteurs atteintes par l’eau au cours d’inondations exceptionnelles (voir page 7 et suivantes). Pour rares qu’elle soient, elles n’en n’existent pas moins.

Rapport préfectoral (source internet)

La sécurité est un souci contant pour les mairies, les autorités, administrations et services, les élus concernés. La tâche n’est pas aisée car on n’arrête guère l’eau dans ses débordements.

Les bâtiments qui longent les rives sont les premiers exposés. Anciens ou récents, la nature de leur usage est déterminante. On a constaté, en France, que des permis de construire ont été accordés à la « légère »  (exemple en bord de mer en Vendée, il n’y a pas si longtemps). D’autres cas sont cités  : bâtiments industriels, commerciaux, dépôts désaffectés et détournés de leur usage, mettant en danger des vies humaines et, de plus,  en contradiction avec les lois en vigueur.

Cela dit, les trois communes mentionnées dans le rapport préfectoral veillent « au grain », sans nul doute.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>