La mairie 2014 : les adjoints 1

La petite musique de huit ….… maires-adjoints !

Ils étaient sept … ça, c’était avant …

Ils sont huit … ça, c’est maintenant !

Caisse à dire ? Dépense supplémentaire : + 60 000 € sur six ans

Oui, mais comme l’a dit « the mayor » : « ils travaillent beaucoup »  alors, forcément,  il n’y aura personne de trop pour faire le boulot … excusez …. le job !.

Le « Grand Démocrate de l’Univers » (GRADLU dans l’intimité) m’est témoin que, pendant toute la campagne des municipales, je me suis efforcé d’assurer la meilleure égalité possible entre les trois listes sans afficher une quelconque préférence.

Maintenant, ma parole est libérée et je vais vous proposer, pendant les prochains jours, une étude psycho-machin (pas de diplôme nécessaire, on vous le dira) de nos huit maires-adjoints et, aussi,  des leaders de l’opposition. Le style ne sera peut être pas très politiquement correct.  Et puis, comme disait Charles de Gaulle : « Comme un homme politique ne croit jamais ce qu’il dit, il est toujours étonné quand il est cru sur parole . »

C’est parti !

.

6 réflexions au sujet de « La mairie 2014 : les adjoints 1 »

  1. Trouvé sur le blog ML de l’ancien maire Mr Bourrié. Publié le 14/4
    Le conseil municipal s’est réuni jeudi 3 avril sous la présidence d’Eric Doulcier.

    Eric Doulcier a répondu « recevoir une indemnité, c’est la base de la démocratie, tous les élus ne sont pas retraités, ils doivent dégager du temps »… Résultat : vingt-deux voix pour et cinq abstentions.

    Le conseil a ensuite désigné à l’unanimité les délégués suivants :
    au Sivom, Anne-Laure Garrigues et Yvette De Peyer ;
    au Sivu Ganges-Le Vigan, Pierre Muller, Jacques Lestrat, Lionel Girompaire ;
    au syndicat mixte d’électricité, Christian Langet, Alexandre Cozza ;
    au conseil d’administration du collège, Sylvie Arnal et Chantal Vimpère ;
    au conseil d’administration du lycée, Sylvie Arnal, Sophie Alazard ;
    aux écoles Jean-Carrière, Sylvie Arnal ;
    à l’école Saint-Pierre, Corinne Ciecko ;
    au comité des œuvres sociales du personnel (COS), Christian Langet ;
    à la commission d’appel d’offres, Anne-Laure Garrigues, Laurence Audren, Pierre Muller, Pascal Goetzinger, Gérald Gervasoni, le maire présidant cette commission.
    La demande de concours du receveur municipal et la fixation du taux de rémunération de ce conseil ont soulevé le débat. Opportunité ou pas ? Après divers échanges le conseil vote cette délibération, quatre voix contre et cinq abstentions.
    http://www.midilibre.fr/2014/04/14/le-vigan-conseil-formel-de-rodage,848273.php
    QUESTION = LES DELEGUES SONT-ILS REMUNERES ?

  2. Au regard de tous ces témoignages ci dessous, tant de vérités, enfin, non ignorées et déclarées au grand jour, c’est simple je ne vote plus dès ce jour et pour longtemps!….
    « La politique c’est comme un acordéon, il y a les touches de gauche, les touches de droite et au millieu c’est du vent!…  »
    A TCHAO!…

  3. Népotisme et clientélisme sont les 2 moyens de la démocratie fatiguée au service des ambitions personnelles quand l’intérêt général est oublié ! C’est tellement pratique de financer sa réélection avec l’argent public !

  4. c’est surtout une source intarissable de votant! quand un élu embauche une personne par complaisance on peut ajouter une dizaine de voix de plus.

  5. Les élus créent aussi des emplois stables de longue durée avec la fonction territoriale ! Etre embauché à la mairie ou à l’intercommunalité, c’est plus de 40 ans de salaire avec la garantie du statut. Quand il y a du chômage, cela vaut de l’or ! Combien de fonctionnaires et d’agents territoriaux au Vigan ?

  6. Que la liberté de parole de notre cher ACL est agréable ! On va se régaler. Cela va mitrailler à tout va ?
    Au Vigan, il y a un moyen tout simple de créer de l’emploi et du pouvoir d’achat. C’est en créant des postes de maires adjoints ! Et d’aider les appels d’offres, car tout le monde doit vivre en pays viganais.
    Ne pas oublier la majoration de 20 % (sous-préfecture), ce qui doit approcher des 72 000 euros sur 6 ans ? 8×72 = 576. Plus le maire qui a aussi la bonification de 20 %. + environ 160 ? Total de 736 ? A vérifier. Voter, c’est donner du travail aux élus. Et leur permettre de rester vivre au pays quand tant doivent s’exiler à Nîmes ou Montpellier. Le « mayor » dit qu’ils « travaillent beaucoup ». Peut-être version Shadoks avec beaucoup de « brassage d’air ». Mais si cela suffit à être réélu, pourquoi s’en priver ? Le nouveau goudron des rues a aidé la réélection. Car les gens ont cru que cela « bougeait » au Vigan. Et qu’il y avait un « élan » doublé d’une « dynamique » et même d’un « projet ». Payer ses impôts et taxes pour salarier des maires adjoints c’est réconfortant. Et cela ne coûte pas plus cher que des conférences alibis qui n’apportent rien au Vigan.
    Avec 50 % de seniors retraités et 20 % de chômeurs, Le Vigan vit de la redistribution et de la solidarité nationale. Tant qu’il y a de l’argent, c’est viable.
    Une foi élu, on déroule le tapis rouge pour ceux qui peuvent avoir leur part de gâteau de l’argent public qui devient si rare !
    J’ai constaté que ce blog a été impartial pendant la campagne et n’a montré aucun favoritisme pour une liste. Il a deviné la réélection du maire par sa fine connaissance des personnes et des dossiers.
    Longue vie à ce blog ! Et le bonjour à Olga !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>