Les délaissés du rond-point Ch.de Gaulle

Il s’agit d’un entretien avec Roland Canayer, Président de la Communauté de communes du Pays Viganais, à propos des « délaissés » du Rond-Point Ch. de Gaulle.

 

 

5 réflexions au sujet de « Les délaissés du rond-point Ch.de Gaulle »

  1. En 76 sous Giscard il y avait 16 % d’inflation, la planche à billets tournait plein pot et les taux de crédits étaient à 15 % si vous allez par là et on entrait dans la crise pétrolière.
    Il ne faut pas confondre état et commune.
    Quand aux réalisations citées elles se font avec les aides des collectivités territoriales aussi. C’est une autre façon de ramener de l’impôt au pays ce qui finalement n’est pas si mal puisque ça fait de l’économie.
    Quand à l’investissement il maintient aussi le tissu économique donc encore une fois il y a plusieurs écoles .
    Je vous concède le « quoi qu’il en coûte » mais continue de dire que la paupérisation de la population en terme de néo arrivants est flagrante regardez autour de vous et vous verrez.

  2. Et bien non justement on ne gère pas les affaires de la cité « quoi qu’il en coûte ». C’est avec ce type d’attitude que l’on est passé d’une dette publique de la France qui faisait 30 % du PIB en 1976 à près de 90 % aujourd’hui. C’est avec ce raisonnement là que l’on a multiplié la dette de la CdC par 3 en moins de 5 ans. Est-ce que l’on vit mieux dans le Pays Viganais aujourd’hui qu’il y a cinq ans ? Pas vraiment.

  3. A choisir entre l’apologie du margoulisme que nous propose la mairie du vigan au quotidien en terme d’animations et d’information, l’accueil à bras ouverts d’une population qui fait du quai une cour des miracles, et de la rouille suspendue à des ponts, et les réalisations de la CDC , quoi qu’il en coûte, mon choix est fait et je pense que beaucoup d’autres comme moi sans le dire préfèrent payer pour ce qu’ils retirent des services de la CDC comme le centre de loisir ou l’école de musique les club de sports et même la voie verte ou Navacelles que subir la soi disant gestion en bon père de famille que nous délivre la municipalité du Vigan.
    A vous de voir ….

  4. La voie verte et le belvédère de Blandas sont des gouffres financiers que le contribuable devra, qu’il le veuille ou non, payer. Pour ce qui est des retombées espérées, on voit bien avec La Baume-Auriol et le Pont du Gard que ces travaux flattent l’ego de nos politiques mais se révèlent par la suite des bâtons ……. qu’on tente de refiler à l’autre.
    Alors tant qu’à faire je préfère une mairie du Vigan qui n’a pas fait exploser le compteur de la dette, tout en réalisant ce que la loi l’engagé à faire, à une intercommunalité où le bien public semble être devenu un gros mot.

  5. Ce Monsieur est mal compris et pas apprécié alors qu’il nous fait contre vents et marées la voie verte, le belvédère de Blandas, prochainement une embellie au délaissé de la gare , Il boucle le dossier épineux de la What’s, et gère son village en bon père de famille .Il faudra bien un jour changer d’avis et admettre qu’il a fait plus pour le Viganais que la mairie du vigan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>