La Bisontine

 « La Bisontine », une eau transparente, 100% municipale

Comment promouvoir l’eau du robinet ? En en faisant une marque ! Aujourd’hui, « la Bisontine » coule de source à Besançon

.A Besançon, tout le monde connaît  l’eau potable de la ville appelée« Bisontine ». Ce liquide sans flacon coule droit du robinet, est riche en calcium et en magnésium, de source naturelle et 100% municipale… Et pourtant, en 2006, les Bisontins n’y croyaient pas.

« Des enquêtes nous montraient que l’eau produite et distribuée par la ville était peu appréciée. Le service associé à notre gestion de l’eau en régie publique était aussi mal connu. Nous avons voulu rétablir la confiance de la population », retrace Régis Demoly, directeur technique au département de l’eau et de l’assainissement de la ville.

De la pub

Besançon se mouille donc en 2006, pour faire mieux connaître l’eau qui coule aux robinets de ses quelque 120 000 habitants. Mais comment convaincre que l’eau des tuyaux, ce n’est pas si dégoûtant ? En démontrant la qualité du service public, certes, mais aussi en faisant de la pub ! Tout d’abord, la marque « La Bisontine » est déposée. C’est une première en France. Puis, du jour au lendemain, la voilà qui inonde les encarts publicitaires, déguisée en eau commerciale.

Sur l’image, pas de bouteille, seulement des étiquettes, ou l’eau qui coule du robinet comme d’une source. Une pub semblable aux réclames pour les eaux embouteillées… sauf que « La Bisontine » est garantie sans plastique. Naturelle, elle se vante un peu : 100 % bien-être, écologique, économique. « Pour un foyer qui abandonne l’eau en plastique, cela représente environ 1000 euros d’économie par an », se targue Régis Demoly.

Question environnementale, l’UFC Que choisir signale que la filière bouteille d’eau en plastique génère un effet de serre presque mille fois supérieur à celui de l’eau potable. A Besançon, la qualité de l’eau est bonne pour quatre critères (présence limitée de nitrates, pesticides, sélénium et faible radioactivité ). Mais dépasse les limites sanitaires pour ce qui est des contaminants bactériologiques et de l’aluminium. Mais pas de panique : l’eau reste potable.

Pour renforcer cette image de marque, « La Bisontine » a besoin d’une robe évidemment. En 2008, la mairie décide d’estampiller la nouvelle marque sur 8 000 carafes, distribuées ensuite au habitants et aux restaurants. On trouve aussi le liquide aux fontaines des bâtiments municipaux. Et bientôt dans les crèches de la ville. « L’eau du robinet ne représente aucun danger, elle est parfaitement adaptée à l’alimentation des enfants », explique le maire.

L’élu a sabré en 2008 la première bouteille de « Bisontine gazeuse ». 100 000 exemplaires seront fabriquées chaque année par la ville « pour renforcer notre campagne de communication autour de l’eau municipale », confie Régis Demoly. Pas étonnant qu’on retrouve les éternels arguments de vente. « 100 % durable » : merci la consignation des bouteilles, merci les circuits courts de transport des bouteilles. Merci enfin la Loue, cette rivière abondante d’où provient l’eau ensuite traitée et gazéifiée. Et les Bisontins là-dedans, ils disent merci eux aussi ?

« Nous avons beaucoup gagné leur confiance », s’enorgueillit Régis Demoly. A Besançon, la vague de communication semble avoir payé. La preuve dans cette récente enquête : les Bisontins étaient 68% à avoir confiance dans l’eau du robinet en 2007, 74,4% en 2011. Reste à convaincre les derniers irréductibles… sans les noyer ! »

Source : internet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>