Du fromage synthétique dans nos assiettes

Que ce soit dans les plats industriels, dans les rayons de nos supermarchés ou même dans les assiettes de certains restaurants, le fromage traditionnel se raréfie. Il est de plus en plus remplacé par ce qu’on appelle le « fromage analogue », un ersatz qui ressemble et qui a le goût du fromage mais qui ne possède aucune des qualités nutritionnelles du véritable fromage.

Le « fromage analogue » a fait son apparition en 2007 en réponse à la flambée du prix du lait et son développement se prolonge en raison de la crise économique et de son faible coût de fabrication.

 Mis au point par une importante société agro-alimentaire basée dans le Minnesota et implantée dans 65 pays, le « fromage analogue » existe sous deux formes distinctes. La première, qui existe depuis 2007, est une pâte réunissant des protéines laitières, de l’huile de palme et des exhausteurs de goût. La seconde, développée en 2009, est appelée « Lygomme Tach Optimum » et est destinée au marché européen, c’est un mélange de plusieurs amidons, de gélifiant, d’épaississant et d’arômes.

Le « Lygomme Tach Optimum » fait partie des trois nominés 2009 aux Food Ingredients Awards dans la catégorie « innovation de l’année pour la laiterie ». Le fabricant se targue même d’améliorer la santé des consommateurs car ce produit ne contient pas de graisses saturées ni de lactose. Mais la véritable innovation c’est que ce dernier coûte 60% moins chère que l’ersatz précédant et 200% de moins que le vrai fromage. Autant dire que c’est une aubaine pour l’industrie agro-alimentaire, qui s’empresse de l’inclure dans nombre de leurs préparations.

Ces produits sont bien sur importés en France et l’on peut  retrouver ces chers fromages synthétiques dans de nombreuses pizzaslasagnes, cheeseburgers, etc., que ce soit dans les rayons de nos magasins ou même chez certains restaurateurs .

La Commission Européenne autorise l’utilisation du « fromage analogue » pourvu que les ingrédients le composant soient indiqués sur l’emballage, mais …  qui ira identifier le galactomannane ou le carraghénane ? Si une harmonisation des appellations et de l’affichage des ingrédients ne s’opère pas, le commun des consommateurs va vite devoir, en faisant leurs courses, se résoudre à tenter de déchiffrer tous les minuscules caractères ornant les packagings, et ce, juste pour avoir une mince idée de ce qu’ils ingurgitent.

Miam, miam !

Source internet (« fromage analogue » sur Google)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>