Et si vous étiez syllogomaniaque ?

Être attaché à certains objets, c’est normal. Mais avoir du mal à jeter quoi que ce soit peut relever de la maladie mentale.

Est-ce parce qu’elle est emblématique d’une époque qui produit en masse, et vante l’acquisition d’objets tout en ne sachant quoi faire de ses déchets que la syllogomanie – étymologiquement «goût immodéré pour l’accumulation» – est devenue le trouble psychique le plus fascinant du moment? Pour preuves, le succès aux États-Unis de la série de téléréalité Hoarders (traduire les «amasseurs» ou les «engrangeurs») qui montre des thérapies de collectionneurs pathologiques ; la multiplication, sur Internet, des forums et sites spécialisés où s’expriment essentiellement les proches ; enfin, l’intérêt des chercheurs. Il est tel que le DSM-V, bible de l’American Psychiatric Association qui sortira en mai prochain, débat actuellement de la nécessité de faire une place entière à cette maladie qui jusque-là était considérée comme une sous-catégorie des troubles obsessionnels compulsifs (TOC).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>