PONT DU GARD : Lever de rideau sur la nouvelle saison

La saison s’ouvre avec une expo et la 15e édition de Garrigue en Fête, puis s’épanouit tout l’été : la saison 2017 du site doublement classé – patrimoine mondial de l’Unesco et Grand Site de France – jette un pont sur la Méditerranée.

Moment fort d’une saison placée sous le signe de la Méditerranée, dès le 25 mars : l’exposition-rétrospective des œuvres du peintre Paul Parsus, très attaché au Sud (visible jusqu’au 29 octobre). Les Bêtes étranges de la garrigue s’inviteront, le week-end de Pâques, dans une édition spéciale de Garrigue en Fête qui, comme toute cérémonie, aura un début (un petit déj’ botanique avec une belle omelette de Pâques) et une fin (un spectacle de la compagnie Dynamogène). Les Fééries du Pont (les 2, 3, 9 et 10 juin) sublimeront le printemps avec, après “Les feux gaulois” l’an dernier, Les feux romains, nouveau spectacle du Groupe F : une sorte de « croisière immobile sur toutes les traces laissées par les Romains autour du bassin méditerranéen », selon son créateur, Christophe Berthonneau. Les Rubaïyales, dont l’équipe a été accueillie en résidence, offrira une note insolite – notamment les sonorités de trompes en argile ! – du 19 au 26 juillet et du 2 au 16 août. En hommage au 500e anniversaire de la Réforme, le Pont accueillera la pièce de Lionel Astier “La nuit des Camisards, créée en 2007 à Saint-Jean-du-Gard (les 4, 5 et 6 août). De quoi faire du Pont « le phare, le portail d’entrée vers l’Occitanie », comme l’a observé la représentante de la Région, Monique Novaretti, lors de la présentation de la saison, le 17 mars.

Source Département Gard

Le « procès de l’abattoir » Vendredi 24 (partie 1)

Le procès sur l’affaire de l’abattoir du Vigan s’est achevé vendredi au tribunal d’Alès. Cette dernière journée était consacrée aux réquisitions du procureur et aux plaidoiries des avocats de la défense. Le verdict sera rendu le 28 avril à 9h.

Vendredi 9 h :Ouverture de l’audience . La mairie du Vigan ( qui a porté plainte contre X), n’est ni présente ni représentée)

9 h 05 : La parole est donnée au procureur pour l’exposé de son réquisitoire. Résumé :

  • conséquences négatives de la diffusion médiatique des vidéos de l’abattoir

  • menaces exercées sur certains prévenus y compris des menaces de mort. Les auteurs identifiés seront poursuivis du fait de ces pratiques inacceptables

  • certains faits n’ont pas été retenus insuffisamment qualifiés

  • difficultés de dater les vidéos

  • difficultés du métier de l’abattage sans pour autant excuser les faits constatés

  • difficultés pour la Communauté de communes du fait d’une compétence non parfaitement maîtrisée

  • constat du manque de respect de la réglementation dans son intégralité

En ce qui concerne les personnes physiques concernées :

  • Monsieur Soulier : pas de regrets sincères, non respect des animaux, brutalités par coups gratuits et volontaires. Le procureur requiert : 12 mois de prison avec sursis à titre d’avertissement, interdiction de 5 ans de travailler dans un abattoir ou de détenir des animaux, 17 contraventions à 200 €

  • Monsieur Granier : pour actes de maltraitance sans nécessité, 3 contraventions à 200 €

  • Monsieur Estève : pour un acte de maltraitance, une contravention à 150 €

En ce qui concerne la personne morale (CDC Pays Viganais)

  • du fait de la responsabilité du chef d’entreprise  (CDC) qui doit veiller au respect des règles, du fait que toutes les  mesures nécessaires n’ont pas été prises et que le « directeur » de l’abattoir ne disposait pas des pouvoirs délégataires, 6 amendes à 1 000 €, recommandation d’une surveillance et contrôle par caméra vidéo

9 h 45 : La parole est donnée à la Défense

la suite lundi : plaidoiries des avocats de la défense, dernière déclaration des prévenus, incident d’audience, fin des déclarations , annonce concernant le verdict

H

25 mars 1957 : La Communauté Économique Européenne

 Le 25 mars 1957, six pays signent à Rome un traité à l’origine de l’Union européenne.

La ratification du traité de Rome ne va pas sans difficultés. D’éminentes personnalités s’y opposent, comme le député socialiste Pierre Mendès France qui craint que l’industrie nationale ne supporte pas l’ouverture des frontières et la concurrence allemande. Par contre, plus visionnaire, le général Charles de Gaulle, sollicité par ses proches d’y mettre son veto, refuse.

Le traité de Rome sur la CEE entre en vigueur le 1er janvier 1958. Il instaure un Parlement dont le siège est d’abord fixé à Bruxelles et une Cour de Justice établie à Luxembourg. Le pouvoir exécutif est confié au Conseil des ministres des pays membres. Mais la mise au point des décisions est déléguée à une Commission Européenne permanente, sise à Bruxelles, et dont l’influence ne va cesser de croître jusqu’à nos jours.

L’histoire des feuilles blanches

À l’instant solennel de la signature du traité de Rome, les ministres européens ne se doutaient pas que celui-ci se résumait pour l’essentiel à une liasse de feuilles blanches.

La veille, les rédacteurs, épuisés, avaient laissé les feuillets épars sur le sol de leur bureau, se réservant de les assembler plus tard. Mais entretemps, les femmes de ménage découvrent le désordre. Zélées, elles jettent les feuilles volantes à la poubelle.

Stupeur des fonctionnaires à la découverte du désastre. Ils courent à la décharge mais ne retrouvent évidemment rien. Comme il est trop tard pour tout réécrire et qu’un report de la signature déshonorerait l’hôte italien, on décide de ne réécrire que les premières et les dernières feuilles du traité, celles qui doivent être paraphées ou signées, en intercalant entre elles une liasse de feuilles blanches.

Pendant toute la cérémonie, les officiels n’auront de cesse d’empêcher journalistes et ministres de feuilleter l’épais registre au risque de découvrir la supercherie.

Le Bourilhou : Conférence

Samedi 25 mars, à 17h00, au Centre Culturel et de Loisirs « Le Bourilhou » du Vigan, Francine Cabane, professeur d’histoire à la retraite et membre de l’association de la FAHG, Pont du Gard et Patrimoine, viendra nous présenter la dernière conférence 2017 des 28èmes Journées de l’Antiquité, ayant pour titre : « L’évolution des monuments antiques et de l’organisation spatiale de Nîmes au Moyen-Age ainsi que l’impact sur l’urbanisme actuel ».

A la fin de l’empire romain et sous le coup des invasions barbares, Nîmes connaît une forte régression démographique et de nombreuses destructions. Cependant de grands monuments antiques demeurent, se transforment, connaissent une autre vie. La ville se réorganise spatialement, tout d’abord autour de trois noyaux fortifiés puis d’une nouvelle enceinte, qui dessine  « l’Ecusson » où la vie se déroule à l’ombre de la cathédrale, nouveau cœur battant de la ville, après le forum antique…

Des diapositives animées qui restituent les monuments antiques accompagneront le discours de la conférencière et sont les gages d’une conférence captivante, qui devrait passionner un large auditoire. Cette conférence est ouverte à tous et gratuite, grâce au soutien financier de la Communauté de Communes du Pays Viganais et du Département.

Ce sera la dernière des Journées de l’Antiquité au Vigan pour cette année.

Le « procès de l’abattoir » Jeudi 23

Alès 8h30. Les abords du Tribunnal en plein centre ville. Force barrières tout autour et force forces de l’ordre . Pour le coup, on y voyait que du bleu ! Tout est calme dehors et dedans et pour entrer contrôle, palpation, vérification.  Au total, en comptant la Cour, les mis en cause, les parties civiles, les avocats, les médias, les élus, les curieux et la sécurité … disons 150 personnes le matin, sensiblement moins l’après midi.

9h15 Début de l’audience. Appel des parties : tout le monde est là sauf un prévenu excusé mais représenté … Surprise cévenole : n’est ni présente ni représentée la mairie du Vigan qui a pourtant déposé « plainte contre X ». La première adjointe maire porteuse de ladite plainte ne donne pas signe de vie à l’appel de la Présidente du Tribunal

Puis la Présidente donne lecture des « reproches » formulés à l’encontre des  trois personnes physiques et de la CDC Pays Viganais (personne morale) représentée par son Président.

9h30 Historique de l’affaire. Résumé du dossier. L’enchaînement des procédures à partir de la plainte introduite par l’Association L214, le point de référence étant la publication sur internet des vidéos tournées sans autorisation et en caméra cachée dans l’abattoir. Enfin, rappel des lois et règlements concernant l’abattage des animaux. (NDLR : A  ce point de ce reportage, disons que la Présidente du Tribunal a été très appréciée pour sa façon de conduire l’audience, son sens pédagogique et de reformulation des réponses qui lui étaient faites par les mis en cause) 

9h45 Première audition : Monsieur Estève, professionnel depuis 1972, et qui intervenait en tant que prestataire de services dans l’abattoir. Projection d’extraits de la vidéo et demande d’explications en ce qui concerne les faits reprochés au prévenu.  Interventions des avocats en fin d’audition.

10h05 Deuxième audition : Monsieur Granier qui travaille à l’abattoir depuis 2002, n’étant pas présent, c’est son avocat qui le supplée et répond aux questions de la Présidente et de ses confrères.

10h15 Troisième audition : Monsieur Soulié, CAP de boucher en 2002, boucher à l’abattoir (découpe) puis intégration en 2007 dans la chaîne d’abattage. Après la projection  vidéo des faits, un très long échange entre la Cour, le prévenu et les avocats. Il s’agit  essentiellement du comportement du mis en cause et des explications et justifications à ce sujet.

12h15 L’audience est suspendue

14h10 Reprise de l’audience et quatrième audition : Il s’agit cette fois de Roland Canayer, ès-qualité Président de la Communauté de commune Pays Viganais. Pas de vidéo. Il s’agit essentiellement des rapports professionnels entre le président, le directeur des services de la CDC et surtout le directeur de l’abattoir. Ce dernier n’ayant pas été convoqué pour l’audience, son absence est regrettée par les uns et les autres, Roland Canayer ne pouvant répondre à certaines questions qui concernent plus le directeur de l’abattoir;

15h15 L’audience continue  Le procès s’est poursuivi par le témoignage de Claudia Terlouw, une chercheuse de l’INRA qui étudie le stress à l’abattage, puis par les plaidoiries des parties civiles. 

Demain matin vendredi, reprise de l’audience avec en principe et au moins,  le réquisitoire du procureur, les plaidoiries des avocats, les sentences de la Cour.

NDLR : Vous remarquerez que je n’ai fait aucun commentaire concernant le contenu lui même des auditions. C’est volontaire pour ne interférer avec ce qui se dira demain matin.

Cheese Trouble

Cheese Trouble est un court métrage d’animation mixant 3D et stop-motion en mettant face à face les Minions d’Illumination Mac Guff d’un côté et le duo Wallace & Gromit des studios Aardman de l’autre.

Entièrement réalisé par l’artiste français Fabrice Mathieu, il s’agit d’un mashup de très grande qualité regroupant des extraits d’une multitude de films mettant en scène nos fameux héros

Netttoyage de rivière partcipatif

La mairie du Vigan, en partenariat avec le SIVU Ganges-Le Vigan, le Symtoma Aigoual Cévennes Vidourle, la Ressourcerie du Pont, les associations Arennes 2000 et AAPPMA l’Arre, organise le samedi 25 mars 2017 de 9 h à 12 h

Rendez-vous sur le parking de l’école de musique sous le pont Neuf au Vigan

Prévoir gants et bottes – les enfants sont sous la responsabilité de leurs parents.

La ressourcerie du Pont et le Symtoma présenteront des animations pédagogiques sur les déchets, leur tri et leur décomposition dans la nature.

Venez en famille, entre amis… pour un moment de citoyenneté convivial.

A l’issue du nettoyage, un apéritif sera servi par la municipalité.

… Brèves du 24 …

En parler sans nommer : Après le débat entre les cinq principaux candidat à l’élection présidentielle, Françoise Dumas, députée PS sortante du Gard, a relayé le communiqué des députés PS Réformateurs. Ou comment soutenir Macron sans mentionner son nom : le débat « a clairement montré qu’il serait hasardeux et inconséquent de considérer qu’un second tour entre la droite et l’extrême droite est totalement à exclure. Dans ces conditions, il est extrêmement regrettable et préoccupant que des attaques personnelles et des insinuations sournoises venues de gauche aient été portées exclusivement contre un candidat progressiste susceptible de l’emporter. »

Réunion électorale  :  Vendredi 24 mars, à 19 h 30 au Cantou, Danièle Obono, oratrice de la France Insoumise, répondra à l’invitation des groupes d’appui d’Alzon JLM 2017, l’Aigoual, Saint Hippolyte-Lasalle et Le Vigan insoumis. Porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, elle développera la partie économique du programme l’Avenir en commun, son chiffrage et débattra sur le partage du travail ou le revenu universel, le travail à vie…

Le procès de l’abattoir dans le ML du jour :

La campagne à la ville

Lundi soir à 21 h, ces cinq-là  se sont livré assaut au grand dam de six autres privés de combat pour cause de petite taille. 

3 h 30, soit une heure de plus que prévu. Ils ont parlé programme, se sont laissé aller à quelques passes d’armes sans jamais trop pousser à fond leur argumentation. Les « affaires » ont été tout juste évoquées. Un débat intéressant mais finalement pas hyper passionnant.

Le dernier sondage connu avant le débat (intentions de vote) : Macron 25,5%, Le Pen 25%, Fillon 17,5%, Hamon 13,5%, Mélenchon 13% (tous autres candidats moins de 5%)

  • Sondage Elabe d’après-débat (qui a été le plus convaincant ?) : Macron 29%, Mélenchon 20%, Fillon 19% , Le Pen 19% , Hamon 11%
  • Sondage Opinionway d’après-débat (qui a été le plus convaincant ?) : Macron 25%,  Fillon 19% , Le Pen 19% Mélenchon 15%, Hamon 10%

En conclusion, c’est vous voyez mais n’oubliez pas que mieux vaut regarder là où on ne va pas, que là où on va parce que  là où on va, on verra ce qu’il y aura quand on y sera ! 

.

Les présidentiables

  • Nathalie Arthaud, 47 ans Candidate de Lutte ouvrière (0,56 % en 2012), professeur d’économie et de gestion. Elle revendique l’héritage d’Arlette Laguiller, qu’elle a remplacée en décembre 2008 comme porte-parole de Lutte ouvrière.
  • François Asselineau, 59 ans Enarque, ancien inspecteur général des Finances. Souverainiste et europhobe, il se présente sous les couleurs de l’Union populaire républicaine, un parti qu’il a créé en 2007.
  • Jacques Cheminade, 75 ans Enarque, ancien fonctionnaire. Après avoir recueilli 0,25 % au premier tour en 2012, il est à nouveau candidat « contre le sérail politique qui a pactisé avec l’empire de l’argent ». 
  •  Nicolas Dupont-Aignan, 56 ans Président de Debout la France (1,79 % en 2012). Souverainiste, se voulant une alternative au choix Fillon-Le Pen, il plaide pour un « réveil » des Français. 
  •  François Fillon, 63 ans Ex-Premier ministre, député LR de Paris. Large vainqueur de la primaire de la droite mais affaibli par le scandale des emplois présumés fictifs de sa famille, il défend un programme qu’il veut « radical » dans les domaines économique et social. 
  •  Benoît Hamon, 49 ans Ancien ministre de l’Education nationale, député des Yvelines (PS). Il s’est imposé le 29 janvier au second tour de la primaire organisée par le Parti socialiste avec un programme résolument à gauche, face à l’ex-Premier ministre Manuel Valls. 
  •  Lean Lassalle, 61 ans Député centriste des Pyrénées-Atlantiques, maire d’un village de la vallée d’Aspe, Lourdios-Ichère. Il se présente comme un « berger à l’Elysée », dénonce « l’oppression financière » et veut donner plus de pouvoir aux communes.
  •  Marine Le Pen, 48 ans Présidente du Front national, eurodéputée. A la tête du FN depuis 2011, elle a déjà obtenu 17,9% des voix lors de sa première candidature à la présidentielle en 2012.
  • Emmanuel Macron, 39 ans Ex-ministre de l’Economie de François Hollande. Inconnu du public jusqu’à son entrée au gouvernement en 2014, il s’est lancé fin août dans la course à l’Elysée à la tête de son mouvement « En Marche! », qu’il veut ni de gauche ni de droite.
  • Jean-Luc Mélenchon, 65 ans Ancien ministre, cofondateur du Parti de gauche. Déjà candidat en 2012 (11,1 %), il se présente cette fois « hors parti » et se veut le candidat de la « France insoumise », avec le soutien du PC
  • Philippe Poutou, 50 ans Déjà candidat pour le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) en 2012 (1,15 %), cet ouvrier s’est fait connaître par son combat à la CGT pour la sauvegarde des emplois dans son usine Ford de Blanquefort (Gironde).

Les parrainages

Le Conseil Constitutionnel a publieé ce samedi 19 , la liste des parrainages validés en ce qui concerne les candidats à la présidentielle.

A la date du vendredi 17 mars 18 h, 14 296 parrainages ont été validés parmi lesquels figurent six parrains  pour le Pays Viganais et le Conseil Départemental (canton du Vigan) :Liste définitive

  • Hélène Meunier, conseiller départemental, pour Hamon

  • Francine Arbus, maire de Mandagout, pour Macron

  • Régis Bayle, maire de Arrigas, pour Macron

  • Patrick Darlot, maire de Saint Bresson, pour Mélenchon
  • Jean Michel Derick, maire de Mars, pour Poutou
  • Jean Marie Brunel, maire de Campestre Le Luc, pour Lassalle

Alary pour Hamon

Bouad pour Hamon

Gaillard pour Macron

Pissas pour Hamon

Frontanau pour Hamon

Récapitulatif 17 mars

Proclamation officielle de la liste des candidats à la présidentielle 2017

« Onze candidats disputeront le premier tour de l’élection présidentielle le 23 avril, a annoncé samedi le président du Conseil constitutionnel, Laurent Fabius, après validation de la liste complète des parrainages.

Trois candidats – Philippe Poutou, Jean Lassalle et Jacques Cheminade – se sont qualifiés in extremis et rejoignent sur la liste les huit premiers candidats à avoir recueilli 500 signatures: François Fillon, Benoît Hamon, Emmanuel Macron, Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Luc Mélenchon, Nathalie Arthaud, Marine Le Pen et François Asselineau. »

Programme Hamon

Programme présenté par Benoît Hamon pour le compte du PS et de EELV il s’agit des principales lignes directrices.

Une place à part pour  le revenu universel d’existence qu’il est seul à proposer. Benoît Hamon souhaite instaurer un revenu ( à terme  pouvant s’élever à 600 euros) versé à l’ensemble de la population pour « éradiquer la grande précarité et contribuer à définir un nouveau rapport au travail et au temps libre« . Benoît Hamon imagine une mise en place progressive de ce revenu universel d’existence, avec dans un premier temps une revalorisation du RSA de 10 % et un versement automatique à tous les jeunes de 18 à 25 ans.

Economie

  • augmenter le SMIC,
  • abroger la loi Travail,
  • reconnaissance du burnout comme maladie professionnelle,
  • instauration d’un droit universel à la formation tout au long de la vie,
  • création d’une taxe « sur les robots intelligents »,
  • annuler la dette contractée par les pays de l’UE,
  • harmonisation fiscale en Europe
  • renforcer la lutte contre l’évasion fiscale.
Retraite
  •  ne souhaite pas repousser l’âge de départ à la retraite.
  • prendre en compte la pénibilité dans le calcul des cotisations.
  • intégrer dans le calcul le travail effectué dans le cadre d’une structure associative.

Programme de Benoît Hamon sur la santé

  • créer le droit à une aide médicale pour mourir dans la dignité
  • interdire les perturbateurs endocriniens,
  • retirer les autorisations de tous les pesticides dangereux
  • interdire l’importation de denrées « utilisant une substance interdite en France »
  • légaliser le cannabis et encadrer sa commercialisation

Programme de Benoît Hamon sur l’islam

  •  souhaite « des accommodements qui, dans le respect de la laïcité et des principes de la République, permettront à l’islam en France de trouver une place semblable à celle des autres religions ».
  •   »L’islam révolutionnaire et politique doit être considéré comme un adversaire de la République ».

Environnement

  • sortir la France du diesel à l’horizon 2025
  • financer la recherche pour l’autonomie des batteries pour voiture électrique
  • sanctuariser les biens communs (eau, air, terre et biodiversité)

Sécurité

  • 1000 créations de postes par an de policiers et de gendarmes
  • rétablir « une véritable police de proximité »,
  • renforcer les renseignement français
  • expérimenter, dans 5 départements, « la remise d’un récépissé lors des contrôles d’identité afin de mettre fin aux contrôles au faciès ».

Immigration

  • créer un visa humanitaire « pour ouvrir  » aux personnes en situation de détresse humanitaire une voie d’accès légale et sécurisée au territoire français
  • rétablissement de l’aide au développement,

Programme Le Pen

Sur les 144 propositions, ont été  sélectionnées  les plus significatives.. Pour prendre connaissance de  la totalité des propositions, il suffit de consulter le petit livre consacré à ces propositions sur le site internet de la candidate.

Economie

  • mise en place d’une taxe sur l’embauche de salariés étrangers.
  • réserve des commandes publiques aux entreprises françaises
  • soutien financier aux produits fabriqués en France
  • interdire les investissements étrangers s’ils portent atteinte aux intérêts nationaux.

Entreprises :

  • abrogation de la loi Travail ;
  • maintien de la durée légale de travail à 35 heures,
  • défiscalisation des heures supplémentaires ;
  • réduction « significative » des charges sociales des PME et TPE ;

Pouvoir d’achat :

  • nationalisation des sociétés d’autoroute ;
  • baisse immédiate de 5% des prix réglementés du gaz et de l’électricité

Immigration

  • suppression de la possibilité de régulariser des clandestins ; 
  • suppression du droit du sol et de la double-nationalité extra-européenne
  • fin du regroupement familial.
  • sortie de la France des accords de Schengen ;
  • supprimer l’aide médicale d’Etat  dont bénéficient les immigrés clandestins.

Sécurité

  • recrutement de 15 000 policiers et gendarmes ;
  • augmentation du budget de la Défense à 2% du PIB
  • commande d’un nouveau porte-avions ;
  • création d’une garde nationale de 500 000 hommes et femmes ;
  • augmentation du nombre de magistrats ;
  • création de 40 000 places de prison sur 5 ans ;
  • abrogation des lois Taubira
  •  renforcement des services de renseignement intérieurs et extérieurs ;
  • déchéance de la nationalité française ;

Retraite

  • retour de l’âge légal de la retraite à 60 ans et 40 annuités de cotisation

Culture

  • suppression d’Hadopi
  • contrôle renforcé des personnes sous le statut d’intermittent du spectacle,

Europe

  • référendum pour une sortie ou le maintien de la France dans l’Union européenne,
  • retour à une monnaie nationale (sortie de l’euro).
  • transformation de la Politique agricole commune en Politique agricole française,

Le programme Fillon

François Fillon a présenté son programme ce lundi . Voici la partie : économie, emploi, santé. Les domaines :  justice, environnement, institutions, sécurité, immigration ne sont pas traités dans cette page. Un résumé des propositions des autres principaux candidats suivra.

Finances

  • Suppression de  l’Impôt sur les grandes fortunes (ISF)

  • Hausse de deux points de la TVA qui passerait à 22%
  • Suppression du prélèvement à la source, prévu pour 2018.
  • Concentration des remboursements sur les affections graves et de longue durée
  • Abrogation de la loi Alur

Entreprises

  • Nouvel allègement de charges aux entreprises pour un montant de 40 milliards d’euros
  • Impôt sur les sociétés (IS), diminution du taux  pour atteindre 25%

Economie et emploi

  • Retraite à 65 ans
  • Suppression de 500 000 fonctionnaires
  • Réduction des dépenses publiques : 100 milliards €
  • Assouplissement du code du travail, qui serait « refondé et simplifié »
  • Plafonnement et dégressivité des allocations chômage
  • Suppression des 35 heures et retour aux 39 heures dans le public et dans la fonction publique.
  • Davantage de contrats de mission ou de contrats avec motifs de rupture prédéfinis.
  • Réorganisation de l’entreprise pouvant donner lieu à un licenciement collectif décidé par l’employeur sans justification économique
  • Plafonnement des indemnités prud’homales

Question – Réponse

Suite à la question d’un internaute quant à la légalité de la « plainte contre X » déposée par la première adjointe pour le compte de la commune du Vigan à propos de « l’affaire de l’abattoir ».

Cet internaute s’étonne que ce ne soit pas le maire qui ait esté en la matière car il est le seul à pourvoir le faire en tant que seul « bénéficiaire » de la résolution votée le 3 avril 2014 par le conseil municipal du Vigan. Il est, en même temps, 1er vice-président de la CDC Pays Viganais impliquée dans ce procès.

Je ne peux que soumettre à l’appréciation de chacun ces deux documents :

Extrait de la résolution du 3 avril 2014 (délégation au seul maire)

Réponse ministérielle concernant la délégation à adjoint

La carte du Vigan et au delà

La carte interactive soit dessinée soit photograhique (+ ou – grande avec la roulette de la souris) sur le site

Agrandir

En bas à gauche, cliquer sur la petit fenêtre pour passer d’une version à l’autre (seulement sur le site)

Le lien direct du site

https://www.google.fr/maps/dir/43.9951891,3.6115948/Le+Vigan/@43.9905282,3.6064344,17.33z/data=!4m8!4m7!1m0!1m5!1m1!1s0x12b3f24356561e67:0x1552eb63d963505e!2m2!1d3.606322!2d43.992927

Une vague et puis une autre … jusqu’au tsunami ?

On ne peut pas dire que la plainte « contre X« , déposée par la première adjointe pour le compte de la commune du Vigan à propos de l’abattoir, passe inaperçue du côté de la Communauté de communes Pays Viganais.

Si le président de la CDC affecte un calme sans faille, il n’en va pas de même chez certains conseillers communautaires. Que disent-ils en « off »?

  • « que la plainte, malgré son côté « contre X », ne trompe personne quant à sa motivation probable
  • qu’on ne peut que constater que la plainte fut déposée par l’adjointe et non le maire lui même (« par modestie » ironise un conseiller!)
  • que le maire et son adjointe avaient peut être agi seuls sans consultation préalable du conseil municipal viganais »

Plusieurs conseillers ont décidé d’inviter leurs collègues à venir soutenir, à Alès , le président de la CDC et à organiser un déplacement collectif pour ce faire, considérant que ce sont les 22 communes et leurs 42 conseillers qui sont concernés.

Les mêmes conseillers considèrent que l’appel de plusieurs associations comme L 214, qui invitent leurs adhérents et sympathisants à venir à Alès, est « une façon de faire pression sur la justice et de médiatiser cette affaire sur le plan national ». Autant pour la réputation du Pays Viganais ! sans compter que la presse ne manquera pas de signaler la position du maire du Vigan et néanmoins premier vice-président de la CDC.

La divine surprise … pas tant que ça !

On en apprend tous les jours, c’est bien connu. Il était dit que ça se vérifierait le 1er mars ! Après le conseil communautaire, ça bruissait dans les couloirs de la CDC Pays Viganais ! Voici pourquoi.

Le mardi 23 février 2016, un communiqué du maire du Vigan, par ailleurs premier vice-président de la Communauté de communes Pays Viganais, paraissait dans le presse. Il était écrit notamment : «  C’est pourquoi, la ville du Vigan porte plainte pour maltraitance sur animaux. »

Ce communiqué était quelque peu passé inaperçu dans le flot d’informations concernant l’abattoir à cette époque qui fit l’objet de tant de « Unes » dans la presse..

Mais nous voici en 2017 et la presse annonce le »procès de l’abattoir » pour les 23 et 24 mars prochains.

Et ce qui avait été un peu oublié redevient d’actualité. Il y a une quinzaine de jours, Roland Canayer, président de la CDC Pays Viganais, est informé par le cabinet d’avocats de la CDC qui confirme que la « plainte contre X » a bien été déposée par Madame Arnal, première adjointe du Vigan . Il s’agit d’une plainte pour :

  • 1- brutalité et maltraitance sur animaux
  • 2- installations non conforme aux normes.

comme l’association L214.

Il était donc logique et normal que les juges aient à dire le droit comme ils le feront.

A ce stade, est-il besoin de rappeler que le maire du Vigan est premier vice-président de la CDC Pays Viganais et que sa délégation couvre, à l’époque, au moins pour partie, l’activité économique de l’abattoir et son développement ?

*******

Pour avoir assisté, depuis plusieurs années à tous les conseils municipaux du Vigan en tant que citoyen non élu (et donc muet), sauf surdité temporaire, je n’ai jamais entendu ni constaté une quelconque allusion à ce dépôt de plainte ni avant, ni pendant, ni après. Cela voudrait-il dire que les conseillers municipaux viganais n’auraient pas été informés ni consultés ?

Depuis plus d’un an, une chape de plomb est tombée sur cette démarche viganaise dont le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on assiste à un spectacle étonnant :

  • un maire, conseiller communautaire (pour le moins …), instrumentalise une plainte qui concerne, par contrecoup, les 42 conseillers communautaires du Conseil communautaire … dont lui-même, même si un seul sera appelé à se justifier pour le compte de tous ! Ubuesque, n’est-il pas ?

Une question se pose : pourquoi la plainte a-t-elle été déposée par la maire-adjointe et non par le maire lui-même ? Et, bien entendu, pourquoi une telle plainte ?

 

Conseil communautaire du 1 er mars 2017

Un conseil tranquillou voire tranquimou … mais, sous le carrelage, le marécage …

Les rapports en vue du débat d’orientation budgétaire 2017 en ce qui concerne, d’une part, la communauté de communes, d’autre part, l’abattoir, ont été présentés et commentés par le directeur général des services (DGS). Les deux débats eux-mêmes, qui ont suivi,  ont été courts et sans grand intérêt.

Quelques informations ont tout de même filtré que voici :

 

en cours de rédaction …..

Conseil municipal LV 23/02/2017 (3)

Toujours le conseil municipal du 23 février. Intéressons-nous au point 7 de l’ordre du jour.

Encore un moment particulier de ce Conseil à propos duquel  le ML a écrit, dans son édition du 27 février, « L’attribution d’un mandat spécial à une conseillère municipale a mis le feu aux poudres en fin de séance avec de vifs échanges entre le maire et Gérald Gervasoni refusant de participer au vote, mandat présenté à postériori. »

Voyons cela sur pièces ! Cette vidéo est composée de deux extraits

  • dans le premier(2 mn 45), Yvette de Paye présente et donne lecture de  la résolution qui la concerne directement puisqu’il s’agit de la prise en charge par la commune des frais de son voyage au Mali (entre le 12 et 19 février 2017) et celui de ses deux accompagnateurs.

  • le deuxième (3 mn 30) concerne uniquement le débat qui à suivi. Entre les deux, Yvette de Peyre a rendu compte oralement devant le Conseil, pendant une dizaine de minutes, du déroulement de son séjour au Mali, exposé technique qui n’a soulevé aucune objection ni critique.

Ce qu’on peut dire de ce débat, c’est qu’il a évolué négativement alors même que ce qui était mis en cause ne visait pas Yvette de Peyre mais les pratiques de l’exécutif.

Deux pratiques ont été dénoncées :

  • la proposition par l’exécutif de déroger au principe d’antériorité d’un mandat spécial ce qui est interdit par la loi et qui a déjà fait, dans un une situation similaire, d’un rappel du Conseil d’Etat (11 janvier 2006)

  • la résolution a été adoptée à la majorité (moins deux votes contre et une abstention), Yvette de Peyre votant pour une résolution la concernant personnellement

La question est posée : que va devenir cette résolution selon qu’elle est considérée légalement adoptée ou non ?

Conseil municipal LV 23/02/2017 (2)

Deuxième extrait du conseil municipal viganais. du 23 février. Au cours du débat d’orientation budgétaire, Gérard Gervasoni (opposition) interroge le maire sur l’état des lieux en ce qui concerne le différent qui oppose la municipalité et le SDIS (Service départemental incendie et sécurité) présidé par Alexandre Pissas (vice président du conseil départemental du Gard). En quelques mots, le problème :

  • le Vigan, comme tous les communes gardoises, verse au SDIS une cotisation annuelle (environ 235 000 € pour LV)

  • le maire conteste en 2015 le montant de cette redevance (trop importante par rapport à d’autres communes comparables), refuse de payer la cotisation 2015, la bloque comptablement jusqu’à plus informé. La cotisation 2016 n’est pas versée non plus au SDIS. En ce qui concerne 2017, l’appel de cotisation du SDIS est arrivée à la mairie récemment.

  • le maire, usant du droit accordé par le conseil municipal du 3 avril 2014 (*), sans consultation préalable dudit conseil, il intente une action auprès du tribunal administratif de Nîmes à l’encontre du SDIS

Voilà pour le passé.

(*) « (11) De fixer les rémunérations et de régler les frais et honoraires des avocats, notaires, avoués, huissiers de justice et experts ;(16) D’intenter au nom de la commune les actions en justice et de défendre la commune dans les actions intentées contre elle, avec possibilité d’interjeter appel ou de se pourvoir en cassation contre les jugements et arrêts rendus, devant toutes les juridictions qu’elles soient civiles, administratives »

**********************

On comprend mieux, à l’écoute attentive de cet échange (17 mn sans coupures), qu’il y a quelque chose qui ne va pas…

Depuis un certain temps, la date du 12 octobre 2016 a été évoquée dans le blog sans, pour autant, susciter de réaction particulière de certain(e)s qui étaient au courant sans compter tous celles et ceux  qui auraient du être informé(e)s … et qui ne l’étaient pas !

De quoi parlons-nous ? Tout simplement de l’ordonnance du 12 octobre 2016 du tribunal administratif de Nîmes concluant quant à la requête introduite en juin 216 par le maire du Vigan pour le compte de la commune du Vigan.  En voici la copie :

Certains élus vont probablement être surpris et la question est posée : à cet instant précis, qui avait réellement connaissance de son existence, de son contenu et de ses conséquences ? Ne parlons pas des citoyens !

Une page complémentaire est en cours de rédaction … histoire de préciser les choses. En attendant, revisionner la vidéo après une lecture approfondie de l’ordonnance, ça interpelle !

                                 la suite à venir  en cours de journée  mercredi

CDC Pays Viganais : DOB Général et DOB Abattoir 2017

Le Débat d’Orientation Budgétaire (DOB) est la première étape dans le cycle budgétaire et doit intervenir dans les 2 mois précédant le vote du budget. Le DOB permet de faire un bilan de l’année et de définir les évolutions possibles.

Nous avons ici deux « DOB » qui seront présentés et commentés à l’occasion du conseil communautaire Pays Viganais du 1 er mars. Les débats qui s’ensuivent ne donnent pas lieu à un vote.

Demain, mise en ligne du dossier-projet concernant les points 3 à 6 de l’ordre du jour du conseil communautaire du 1er mars.

Conseil municipal LV 23/02/2017 (1)

Pendant 3 ou 4 jours, vous pourrez visionner sur le blog des extraits filmés du conseil municipal viganais du 23 février. Pour la première fois, j’ai filmé en vidéo l’intégralité du conseil comme je le fais depuis des mois pour le conseil communautaire Pays Viganais. Il est bien évident qu’ il s’agit d’extraits car, sur les deux à trois heures de conseil, je ne retiens que les moments les plus significatifs . Bien entendu, il ne s’agit pas de censurer tel ou tel passage ou intervention et, à ce sujet et à ce jour, je n’ai jamais eu de reproches des uns ou des autres. Le souci, ce serait plutôt le temps passé pour le montage mais comme c’est tout bénévole, je ne me plains pas !

****************************

 Le conseil du 23 a donc démarré par l’appel des présents suivi du vote du procès verbal du conseil municipal précédent (voir vidéo ci-dessous). Premier échange sur intervention de Gérald Gervasoni (élu d’opposition) :

  • ne votera pas l’adoption du procès verbal qui rend compte des résolutions votées et des débats avant vote

  • deux raisons : le compte rendu des débats n’est pas conforme à la réalité et le rédactionnel lui même est inacceptable (fautes multiples y compris de français)

Le maire propose d’abandonner désormais la formule « procès verbal » et de la remplacer par la  formule « relevé des décisions » (seulement le texte des résolutions votées et le résultat des votes) « comme à la communauté de communes  » précise-t-il.

Il est procédé au vote du procès verbal du conseil précédent : adopté à la majorité sauf 3 abstentions (Gervasoni, Dentan, Triaire)

NDLR : ainsi le compte rendu des argumentations avant vote des uns et des autres disparaît, sauf sur la bande sonore enregistrée désormais à chaque conseil par la mairie … et en vidéo sur le blog….

A demain pour la suite 

Petite remarque en passant

Le compteur du blog passera le « million » probablement à la mi-mars. Voici le relevé de début juin 2016 à cette fin février tel que communiqué par mon serveur. La moyenne journalière est de 1 200 connexions.

Depuis le début de cette 5 ème édition (2014,2015 et 2016), quelques statistiques :

  • 2 700 articles archivés
  • 6 800 articles temporaires  (durée de vie 24 à 48 h)
  • 1 600 commentaires internautes
  • bibliothèque 20 100 éléments (images, vidéos; etc)
  • 1 800 éléments récupérés 2012 et 2013 (édition antérieure)

Conseil communal Le Vigan du 23 février

Quelques mots en attendant un reportage complet à paraître lundi

  • le conseil était présidé par le maire du Vigan
  • parmi les absents ou excusés : comme d’habitude depuis des mois, Audren et Goëtzinger
  • des critiques ciblées par le maire en direction de la Communauté de communes Pays Viganais et son président Canayer , le SDIS et son président Pissas
  • des votes contre, abstention ou refus de vote de la part des élus d’opposition de la Liste Vigan 2014 (Gervasoni, Gros, Triaire) et des critiques, en haussant le ton, du maire en direction de Gervasoni
  • un débat détourné en ce qui concerne le  désaccord « Mairie du Vigan-SDIS » et silence en ce qui concerne le contenu de l’ordonnance du 12 octobre du Tribunal Administratif
  • la reconnaissance de l’existence d’un rapport de la Cour régionale des comptes et l’annonce de sa communication au Conseil le 30 mars (prochain conseil)
  • des résolutions adoptées par la majorité municipale et dont le contenu et la forme de certaines interpellent
Mon avis à l’emporte-pièce : une opposition « Le Vigan » 2014 » remontée, une opposition « Demain Le Vigan » chloroformée, une majorité le petit doigt sur la couture du pantalon

Rendez-vous lundi !

Fallait oser !

Plus ça va, plus cette municipalité va à vau-l’eau. Dans le genre « tout ce qui ne se voit pas, ne se dit pas ! « , on atteint des sommets. La manière dont les conseillers vont s’exprimer et voter au conseil de ce jeudi 23 février sera riche en enseignement.

Extrait du Point 1 de l’ordre du jour

Extrait du Point 4 de l’ordre du jour

Extrait du Point 7 de l’ordre du jour

Confirmation de dernière heure : Le rapport de la Cour Régionale des Comptes a été envoyé par cette dernière et reçu par la mairie. Selon la Cour, communication devra en être faite au prochain municipal de mars.

Contes et mécomptes

Se montrer critique en ce qui concerne la politique de communication de notre ténébreuse mairie viganaise, ce n’est pas nouveau dans ce blog. Demain, le conseil municipal va débattre de l’orientation budgétaire 2017 et, aussi, adopter (ou pas) des résolutions « curieuses » . Ces résolutions, je vous en parlerai demain. C’est croquignolet !

En attendant, illustrons, de l’exécutif municipal, son goût irrépressible du silence pour ne pas dire du secret stratégique. Il faut dire que cela fait des mois que je me contente de quelques allusions par ci, par là. Mais la limite est atteinte et je vais donner au conseil municipal du 23 février l’occasion d’enrichir le débat … car le contraire serait pour le moins stupéfiant !

Les bons comptes font les bons amis

Sauf erreur, fin 1915, début 2016, la Cour régionale des comptes a mis son nez dans la gestion municipale du Vigan. Toutes les communes, un jour ou l’autre, connaissent cette visite et le rapport qui s’ensuit. A cela donc, rien que de très logique et normal. Le problème n’est pas là.

Si cette visite a été réelle ( et je n’ai pas de raisons particulières d’en douter), il y a plus d’un an et depuis, un rapport a du être établi. La loi prévoit, dès sa remise dans sa rédaction définitive, qu’il doit être porté à la connaissance du conseil municipal, lu et, de ce fait, devient public. Si je ne fantasme pas à ce niveau, mais où est donc passé ce  rapport ?

Peut être, si seulement il existe, gît-il au fond d’un placard ?

Y a pas l’feu, mais tout de même !

La commune du Vigan (comme toutes les autres) doit s’acquitter d’une « redevance » annuelle au SDIS (Service Départemental d’Incendie et de Secours du Gard). Le montant de cette redevance a été contesté par l’exécutif viganais en raison de son montant jugé excessif, même si la répartition entre les différentes communes gardoises avait été votée à l’unanimité en son temps, même par Le Vigan. Toujours est-il que la somme due au titre de 2015 (environ 250 000 €) n’a pas été versée au SDIS et consignée dans la comptabilité municipale en attendant la décision du Tribunal administratif saisi par l’exécutif viganais au sujet de cette affaire.

Ce qui devait arriver est arrivé : le 12 octobre 2016, le tribunal administratif a rendu une ordonnance (n ° 1602001).  Que dit cette ordonnance ? Car la somme en jeu est importante  250 000 € en 2015, 2016 et 2017 soit 750 000 €. Qu’est-ce qui a été payé, qu’est-ce qui est dû ?  Pourquoi, quand on en parle aux conseillers, ils ont, à peu près tous, l’air de tomber du placard (encore !). Voilà une excellente occasion pour l’exécutif municipal d’en donner demain « la primeur » et le contenu aux conseillers … surprise !

A demain, pour les projets de résolutions …

Cap Santé : Interview L.Gharbi

Monsieur Lamine Gharbi est président du Groupe Cap Santé, lequel Groupe a pris le contrôle, il y a quelques mois, notamment de la clinique de Ganges. Dans cette interview, sont évoqués l’évolution de la clinique et des Chataîgniers à Molières, des rapports avec l’hôpital du Vigan, du SMUR de Ganges, etc

Un entretien intéressant à plus d’un titre.

Tribune

Fais c’qu’est nécessaire ! 

Au prix d’un calembour en introduction, j’annonce ce que sera la conclusion …de cette chronique un peu particulière puisqu’elle est dédiée à un seul, savoir Frédéric Fesquet.

Frédéric (on se connaît tout de même suffisamment pour pardonner cette familiarité) est un soutien constant de la majorité municipale viganaise, ce qui est son droit indiscutable et tout à son honneur pour sa persévérance.

Il faut dire qu’il faisait partie de la liste de ladite majorité lors des élections municipales 2014. Il ne siège pas, pour autant, au Conseil pour la simple raison qu’il figurait à la 25 ème place (sur 27) et que, seuls les 22 premiers furent élus. Pour autant, il fait partie de la «réserve des cinq » pouvant être appelés à remplacer des élus défaillants.

Frédéric intervient assez régulièrement dans ce blog dans la case «Commentaires» et débat avec d’autres commentateurs tout aussi fidèles. Il ne manque pas non plus de me trouver trop critique à l’égard de la municipalité viganaise et pas assez à l’égard de la Communauté de communes. Soit … mais même d’adoption, je suis d’abord viganais et quand il suggère de voir si la CDC ne fait pas les mêmes  « erreurs » que la mairie, je réponds qu’on ne s’exonère pas de ses propres turpitudes en dénonçant celles de son voisin ! Mais n’en faisons pas un fromage, les cévenols s’en chargent !

Je ne vais pas répéter mes critiques à l’égard de la municipalité, ils ne varient pas avec le temps. Par contre, je vais faire une proposition constructive ….

Depuis des mois et des mois, deux pour ne pas dire trois conseillers de la majorité n’assistent jamais au conseil municipal ni probablement aux commissions ni finalement à quoique ce soit. Pour les commissions, ç’est sous réserve de vérification car on ne sait pas quand ces commissions se réunissent, si seulement elles se réunissent (date, ordre du jour, présents, décisions intéressant les citoyens). C’est d’autant plus important que Le Vigan étant le « bourg-centre » comme c’est répété si souvent et que ce devrait être un exemple pour tout le Pays Viganais en publiant une fois par mois un petit communiqué à ce sujet..

Alors, je pose la question : pourquoi ces conseillers-fantômes ne sont-ils pas priés de libérer les vides qu’il conviendrait … de remplir en faisant appel à ceux de la « réserve »  dont Frédéric !!! Nous sommes à mi-mandat et ce serait à « coup sûr » un apport positif pour le travail municipal.

 On peut rêver, non ? A moins qu’il faille chercher le comment du pourquoi et réciproquement … 

Parlons-en !

La vie politique est particulièrement agitée dans le beau pays de France. Les élus ont une attirance particulièrement  vigoureuse, ces temps-ci,  pour veiller au bon  usage des fonds publics. Suspicions, accusations, supputations, dénonciations … quelle accumulation ! Les mots-clés en moment, parmi d’autres, sont « conflits d’intérêts » surtout quand cela concerne les élus.

Un exemple : Lorsque dans une transaction entre une collectivité territoriale et un fournisseur,  l’un des élus prend ou favorise directement ou non la décision de choisir le fournisseur dans laquelle il a  lui-même des intérêts. Comme un élu « bénéficiant » d’un appel d’offre attribué à une entreprise… dont il est peut-être lui-même le gérant, l’actionnaire ou le salarié.

Source Wikipedia : Le conflit d’intérêts n’est pas, en droit français, un délit civil ou un délit pénal. Ce sont le trafic d’influence et la prise illégale d’intérêts qui peuvent en découler et qui sont, quant à eux, délictueux. Même s’il n’y a aucune preuve d’actes préjudiciables, un conflit d’intérêts peut créer une apparence d’indélicatesse susceptible de miner la confiance des citoyens en la capacité de la personne incriminée à assumer sa ou ses responsabilité(s) d’élu.

Cela dit, si vous voulez approfondir le sujet, à vous de jouer !

Quelques liens directs

Article 1411-1 du Code Général des Collectivités Territotriales

https://www.marche-public.fr/Marches-publics/Textes/Codes/CGCT/CGCT-art-1411-1-DSP.htm

Ordonnance 2016-65 du 29 janvier 2016

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000031939947&categorieLien=id

Courrier des maires

http://www.courrierdesmaires.fr/7450/conflits-d%e2%80%99interets-elus-locaux-la-prudence-est-de-mise/

Décret n° 2014-90 du 31 janvier 2014

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=CA1453ABFD8CC41DBBDD842D6A167B1F.tpdjo14v_1?cidTexte=JORFTEXT000028544114&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000028544105

L’étude d’un internaute sur le web

https://augustinmassin.blogspot.fr/2014/10/le-conflit-dinterets-la-loi-rien-que-la.html?_escaped_fragment_#!

Le conflit d’intérêts vu par les « Verts »

http://justice.eelv.fr/cumuls-et-conflits-dinterets-lelu-local-interesse-a-une-deliberation-une-decision-une-operation/

La presse en parle …

Dans le ML du jour : Le journal du 8 février revient aujourd’hui sur le dernier Conseil communautaire  Pays Viganais et, plus précisément, sur le problème de la gestion du Belvédères de Blandas (Cirque de Navacelles). Ce sujet a fait l’objet d’un article sur le blog et l’intégration d’un reportage vidéo sur le débat à ce sujet. (voir colonne de droite : intercommunalité  >>> environnement >>> navacelles) 

Il faut dire que le Rapport sur le choix du délégataire a fait l’objet d’une dizaine d’interventions des conseillers (très majoritairement des « viganais ») sur le fond et sur la forme se traduisant par 9 votes contre (conseillers viganais) et 2 abstentions. On parle souvent et depuis longtemps du climat tendu entre la CDC et la mairie du Vigan, beaucoup résumant cette situation par un désaccord entre personnes avant tout. Toujours est-il que, depuis ce conseil CDC du 1er février, les « contre », ou du moins certains d’entre eux, évoquent en « off » une action officielle éventuellement à engager auprès des autorités compétentes pour dénoncer la situation. Pour autant, y-a-t-il, comme le suggèrent les plus déterminés, conflit d’intérêts, prise illégale d’intérêts, favoritisme et autre insincérité ?  Voire … 

SDIS – CDC Pays Viganais : Réunion du 19 janvier 2017 (4)

A l’initiative de Roland Canayer, président de la CDC Pays Viganais, une réunion de concertation a été organisée entre le SDIS, représenté par son directeur le Colonel Christian Simonet, et l’ensemble des acteurs locaux concernés par la caserne des pompiers basée au Vigan. Ce reportage est  réparti sur plusieurs jours :

  • vendredi 20 janvier : intro et débat concernant le SMUR

  • lundi 23 (ou le 24) : présentation de la situation statistique par le SDIS et débat

  • mardi 24 (ou le 25) : débat sur l’organisation structurelle de la caserne du Vigan

  • en cours : fin du débat et conclusions
**********************
Il s’agit, dans cette vidéo n°4 (ci-dessous), de la fin du débat et des conclusions ……. toujours le problème du pompier stationnaire qui assure la permanence la nuit à la caserne

Conseil CDC Pays Viganais du 1er février 2017

Comme prévu le Conseil s’est réuni le 1er février à 18 h. Un conseil serein. Même quand on n’est pas d’accord, on s’exprime avec courtoisie. Finalement, je me demandes si la présence de ma caméra n’est pas favorable à un « climat apaisé » ! En attendant, la CDC Pays Viganais et tous ses conseillers mériteraient d’être cités au tableau d’honneur du Gard pour cela.

Toutes les délibérations présentées ont été votées à l’unanimité sauf la n°4 qui concernait le rapport sur le choix du délégataire (maison du site du Belvédère de Blandas – Cirque de Navacelles). Le résultat du vote fut : adopté à la majorité des 42 conseillers (9 contre et 2 abstentions)

Il s’agit dans ce reportage vidéo d’extraits significatifs, en évitant les redites ou les passages sans intérêt particulier. Tous les intervenants sont conseillers communautaires. Les points principaux évoqués sont :

  • la garantie qu’il n »y a pas de risque de conflit d’intérêt
  • La confirmation de la séparation des activités : restauration, boutique (produits régionaux,  souvenirs, etc), animation touristique du site et promotion
  • nécessité d’un audit pour organiser la promotion et l’accueil


resolnavacelles 01022017 par hiram30120

Ci-dessous, le rapport sur le choix du délégataire pour la maison du site du Belvédère de Blandas. Ce rapport a été adressé aux conseillers communautaires, quelques jours avant le Conseil du 1er février. C’est ce rapport qui a fait l’objet d’un vote .

modification

Nous vous prions de bien vouloir prendre note de l’échange suivant :

Du Samedi 18 au Vendredi 24 Mars 2017 inclus :   

LOPEZ-TROMEL  / ROMBAUT     (Ph LOPEZ-TROMEL remplace Ph CHABROL)

Du Samedi 29 Avril au Vendredi 5 Mai 2017 inclus :   

(sauf Lundi 1 mai jour et nuit – garde assurée par SCHOENIG)               

CHABROL / D’ARNAL     (Ph CHABROL remplace Ph LOPEZ-TROMEL)